Les coulisses du tirage au sort de la Coupe du monde

Reportage diffusé dans l’Edition du soir de Ouest-France

Vendredi, les 32 équipes sélectionnées pour participer à la Coupe du monde de football se verront attribuer des adversaires. Une cérémonie impressionnante organisée en Russie, pays hôte, au cœur du Kremlin.

DSC_9439.JPG

Les hommes sont aimables mais strictes. Pas question de prendre des photos du siège du pouvoir russe, ni de marcher en dehors des trottoirs ou des passages piétons. Ce sont les services de sécurité du président russe, Vladimir Poutine, qui assurent la sécurité de la cérémonie du tirage au sort de la Coupe du Monde.

La Russie, pays hôte de l’événement a décidé d’organiser la célèbre cérémonie du tirage au sort des équipes dans le Palais des congrès du Kremlin, un bâtiment qui accueille d’ordinaire les concerts de Mireille Mathieu ou l’annuelle conférence de presse de Vladimir Poutine par ailleurs organisée dans quelques jours. Depuis lundi, une centaine de personnes s’affairent à transformer cette salle de concert en studio de télévision. Autant dire que pour accéder au studio, il faut montrer patte blanche, plusieurs fois.

 DSC_9502.JPG

Pour cette cérémonie, l’entrée se fait depuis la place rouge et mène au parc du Kremlin. Mais pas question d’aller flâner dans les allées du parc, des policiers en civils veillent à ce qu’aucun journaliste ne s’égare dans le centre du pouvoir politique russe. Gare aux journalistes qui souhaiteraient d’ailleurs accéder au Kremlin en même temps que le président russe.

Mercredi après-midi, certains ont dû patienter une heure sous la neige, attendant que Vladimir Poutine entre dans l’enceinte. Dans la salle de presse, des hommes en civil font des allers-retours autour des journalistes avec un radar : les ondes sont-elles aussi contrôlées. Enfin, autre installation impressionnante, des kilomètres de câbles électriques destinés à l’alimentation du studio et de la salle de presse ont été installés au-dessus de la muraille rouge du Kremlin, à quelques pas de la tombe de Lénine.

Royaume de la communication

DSC_9463

Nous n’en sommes qu’à l’étape du tirage au sort qui déterminera dans quels groupes et contre quels adversaires joueront les 32 équipes sélectionnées, mais la FIFA a décidé d’en faire un événement gigantesque. Car les Russes ont gardé un goût amer des événements internationaux. Les précédents JO, ceux de Sochi, organisés en 2014, avaient débouché sur une annexion, une guerre et un scandale de dopage sans précédent que nombre de Russes ont vécu comme une humiliation.

Les équipes de la FIFA et du comité d’organisation misent sur la communication pour attirer les Russes dans les stades, d’autant plus que la Russie ne part pas forcément favorite. « 742 760 billets ont été vendus durant la première session (pour 3,5 millions de demandes), 53 % d’entre eux ont été achetés par des Russes », explique le responsable des ventes à la FIFA, Falk Eller.

Le prix des billets varie entre 20 € à 1 000 €. Dans quelques jours, tous les transports en commun de Moscou se mettront aux couleurs de l’événement. En attendant, les centaines de journalistes venus du monde entier pour assister à la cérémonie de tirage au sort…

Depuis la salle de presse du Kremlin, ils sont encadrés par une armée de communicants ayant pour objectif de faire du monde de la FIFA, un monde merveilleux, distribuant peluches de la mascotte officielle par dizaines et prospectus invitant les journalistes à se rendre dans les 12 villes hôtes du pays.

30 minutes de spectacle

DSC_9479.JPG

Vendredi, l’événement débutera à 16 h (18 h à Moscou). Laurent Blanc, Gordon Banks, Cafu, Fabio Cannavaro, Diego Forlan, Diego Maradona, Carles Puyol et Nikita Simonyan assisteront le présentateur de la cérémonie, Ivan Urgant, le Yann Barthès russe. Le trophée de la Coupe du Monde trône sur le plateau TV depuis deux jours, ainsi que quatre bulles transparentes dans lesquelles seront tirées au sort les équipes ensuite attribuées à huit groupes.

Dans la salle, 30 des 32 sélectionneurs seront présents, dont Didier Deschamps, le sélectionneur français. À l’issue de la cérémonie, vers 16 h 30, les stars du football et les sélectionneurs seront invités par les organisateurs à débriefer le tirage au sort à l’extérieur du bâtiment, seules miettes que les médias non-détenteurs des droits pourront obtenir de l’opération.

Texte et photos : Paul GOGO


Publicités

Les moscovites se souviennent des grandes purges

Plus de 5 000 moscovites ont rendu hommage aux victimes des grandes purges staliniennes dimanche.

Sur la place de la Loubianka comme sur la liste des victimes des purges, dimanche, toutes les catégories sociales et tous les âges étaient représentés. Il y a 80 ans, plus de 40 000 moscovites été arrêtés, souvent assassinés ou tués au goulag. Nombre d’entre-eux sont passés par les geôles de la place de la Loubianka, siège de la police politique, autrefois KGB, aujourd’hui FSB.

Depuis dix ans, le dernier week-end de novembre, des milliers de personnes viennent y saisir le micro tendu par l’ONG de défense des Droits de l’Homme « Mémorial », pour y faire résonner le nom d’une victime. « Ce sujet concerne pratiquement chaque famille de notre pays. Mon arrière grand-père Pozdeev Policarp Ivanovich a été envoyé à Norilsk (nord de la Russie) pour y construire une usine de nickel. Il était paysan, on l’a arrêté en 1938 et jugé dans sa propre maison » raconte Oxana Baoulina.

Mémoire officielle

Au moment de prendre la parole dimanche, nombre des 5 286 participants ont ajouté au nom proposé par l’ONG celui d’un membre de leur famille. Durant les 12 h de l’événement, les larmes qui ont coulé ont souvent laissé place à la colère. « Je suis très inquiète parce que la propagande de l’état essaye de justifier ces événements. Certain aimeraient que je retienne que mon arrière grand-père a participé à l’industrialisation du pays. Cette industrialisation était inhumaine et criminelle, le pouvoir actuel ne le reconnaîtra jamais. C’est pourquoi il faut changer de pouvoir » s’énerve Oxana Baoulina.

Les cérémonies de « Mémorial » ne reçoivent jamais de soutien de la part de l’État. La cérémonie officielle était organisée lundi. Représentants politiques et religieux ont inauguré un monument en mémoire des victimes des répressions politiques en présence du président Poutine. Loin de la place la Loubianka.

Paul GOGO

En Russie, une mannequin rêve du Kremlin

Papier diffusé dans Ouest-France

  • 5 novembre 1981 Naissance à Saint-Pétersbourg
  • Décembre 2012 Rejoint l’opposition russe
  • 18 octobre 2017 Se déclare candidate à l’élection présidentielle

Qualifiée de « Paris Hilton russe », Ksenia Sobchak s’est déclarée mercredi soir candidate à la présidentielle de mars 2018. Rédactrice en chef du magazine de mode « L’Officiel », journaliste politique sur une chaîne proche de l’opposition « Dojd » ou encore mannequin habituée des défilés de mode, la presse russe peine aujourd’hui à décrire cette étonnante candidate.

Comme de nombreux russes, c’est à la chute de l’URSS que Sobchak a fait sa fortune. Puis, dans les années 2000, la femme d’affaire est devenue personnalité médiatique. Présentatrice d’une émission de télé-réalité intitulée « Dom-2 », sa notoriété a explosé. En 2011, à la veille de la précédente élection présidentielle russe, et après avoir publié un livre intitulé « Comment épouser un millionnaire », Sobchak a rejoint les rangs de l’opposition. Pendant tout un hiver, elle s’écriera « La Russie sans Poutine » dans les rues de Moscou.

Protégée de Poutine

Mais en juin 2012, elle fera partie des opposants visés par une série de perquisitions dirigées par le FSB. De quoi refroidir la militante et lui faire préférer le monde de la mode.

Samedi dernier, c’est Sobchak la journaliste qui avait rendez-vous avec Vladimir Poutine. Officiellement, il s’agissait de discuter d’un projet de film en hommage à son père, Anatoly Sobchak. Mort en 2000, c’est lui qui a mis le pied à l’étrier de la politique à Vladimir Poutine dans les années 90. Le président russe ne l’a jamais oublié. Une rumeur affirme même qu’il est le parrain de sa protégée Ksenia. Le lien est au moins de cœur. Mercredi soir, c’est donc avec l’aval du Kremlin que Ksenia Sobchak a pu présenter sa candidature aujourd’hui accusée d’être commandée par le Kremlin pour diviser l’opposition. De quoi la fâcher avec son ami Alexeï Navalny, toujours emprisonné pour s’être opposé à Vladimir Poutine.

Paul GOGO

Des journalistes armés pour la Novaïa Gazeta

Reportage pour Ouest-France

Le journal indépendant Novaïa Gazeta a déjà perdu cinq journalistes et un avocat. Il propose à ses salariés de les armer…

Vidéo par Alexandra Dalsbaek pour Ouest-France

 

Le 23 octobre, un homme entre dans les locaux de la radio indépendante Écho de Moscou. Il reconnaît rapidement Tatiana Felguengauer, journaliste vedette de la station. Il la blesse de deux coups de couteau à la gorge. Une agression attisée par la propagande d’État qui accusait depuis des semaines Felguengauer d’être payée par l’étranger pour déstabiliser la Russie.

« Des insultes à la violence »

« Depuis l’annexion de la Crimée, la société est devenue plus agressive envers ceux qui ne partagent pas l’opinion du pouvoir. Cette atmosphère est entretenue par les médias officiels. En deux ans, on est passé des insultes à la violence physique », affirme Sergueï Sokolov, rédacteur en chef adjoint de Novaïa Gazeta. La solution pour la rédaction de ce journal d’investigation indépendant ? Armer ses collaborateurs.

Au cœur de la rédaction du journal, on trouve toujours le bureau, devenu mémorial, d’Anna Politkovskaïa, assassinée en 2006. « Depuis la création de notre journal en 1993, nous avons perdu cinq journalistes et un avocat », rappelle Sergueï Sokolov.

Alors que se profile la présidentielle de mars 2018, les voix discordantes sont invitées à se faire discrètes. Ces derniers jours, menacés, plusieurs journalistes d’opposition ont annoncé quitter le pays.

« Ils partent à l’étranger pour pouvoir faire leur travail correctement, se désole Sergueï Sokolov. Chez nous, s’armera qui le souhaitera. » Les journalistes se voient proposer des formations aux armes à impulsions électriques, aux bombes lacrymogènes et aux pistolets automatiques. « Les autorités ne nous protègent pas. C’est notre seule solution mais nous gardons en tête que nous ne ferons jamais le poids face à un tueur surarmé. »

Paul GOGO