à Moscou, où se préparent les (longs) voyages spatiaux

La Libre Belgique

Six russes et américains se sont enfermés la semaine dernière dans une station spatiale factice. L’objectif : Se préparer aux voyages longs dans l’espace, destination Mars et la Lune.

DSC_4565.JPG

Ils sont jeunes et ambitieux, trois femmes, trois hommes, deux américains et quatre russes, ils vivront enfermés dans un espace confiné ces quatre prochains mois. Il ne s’agit pas d’une émission de télé-réalité de mauvais goût mais d’une expérience scientifique qui pourraient mener ces six personnes jusqu’aux tréfonds de l’espace. Cette expérience du projet « Sirius » est réalisée conjointement entre la Nasa et l’Institut pour les problèmes biomédicaux russe. L’objectif est simple : Il s’agit d’étudier la résistance physique et psychologique de l’homme en vue de longs vols spatiaux. Car si la technologie évolue et, selon les spécialistes du domaine, devrait permettre de réaliser des vols longs dans l’espace d’ici 10 à 15 ans, les scientifiques n’ont pas encore fait le tour des difficultés mentales, psychologiques et physiques que de tels voyagent entraîneront.

Le projet Sirius s’inscrit dans une flopée de programmes de recherches liés à la conquête de l’espace. Mais avec l’annonce récente par la Russie et les USA de leur volonté de créer une station en orbite doublée de modules disposés sur Mars et les ambitions de conquête de la Lune par la Chine, ces recherches sur les vols longs deviennent prioritaires pour les agences spatiales du monde entier.

D’ici la fin de la mission Sirius, en 2022, deux autres expériences de « huis clos » de 6 mois et d’un an seront organisées avec un scénario semblable à celui imaginé par les les agences spatiales engagées dans cette course de l’espace. Les séquences d’enfermement de Sirius reposent sur un scénario crédible. Il s’agit pour l’équipe de simuler un voyage de dix jours puis la vie dans une station spatiale en orbite autour de la Lune. Soit une centaine de jours « en orbite » pour l’expérience actuelle et 80 expériences à mener en plus des tests médicaux réalisés quotidiennement. Américains, chinois et russes ont déjà pensé les constructions de bases sur la Lune ou Mars en les réalisant depuis une station placée en orbite. Avec pour objectif, à terme, de pouvoir envoyer des hommes vivre sur ces planètes sur plusieurs jours, le temps d’y réaliser quelques expériences.

« L’objectif est de garder l’équipe motivée durant la mission et d’observer l’effet des différences de cultures et de genres qui font la force de notre « expédition » » explique Evgueni Tarelkine, 43 ans, responsable de la mission. Ce cosmonaute russe a déjà passé 143 jours dans l’espace, en 2012, au sein de la station spatiale internationale. Il fait partie des six compères enfermés, engagés à réaliser plus de 80 expériences destinées, entre autre à observer l’évolution de la santé et des performances de l’équipe, sa susceptibilité au stress, la capacité à multiplier les taches avec des partenaires différents mais également à créer une équipe capable de travailler en autonomie et de déterminer à quel point les différences culturelles et de genre peuvent poser problème.

Stress psychologique

DSC_4666

Cette fausse station spatiale est faite de trois grands tubes installés dans un hangar de l’institut des problèmes biomédicaux russe, en banlieue de Moscou. Fermé par un sceau de cire, la porte de cette réplique de métal et de bois de station spatiale ne sera rouverte que début juillet. « La date exacte n’est pas encore connue, il n’est pas impossible que nous les mettions à l’épreuve psychologiquement en décalant la fin de l’expérience de quelques jours au dernier moment » explique Oleg Orlov directeur de l’institut en charge de l’expérience.

« Les difficultés sont nombreuses, il faut faire face aux problèmes techniques mais il faut aussi être capable d’apporter une aide morale aux collègues, nous allons faire face à des stress psychologiques forts qui ne doivent pas nous empêcher de rester bons et solidaires dans notre travail » explique Stefania Fediaї, 28 ans, docteur psychiatre. L’équipe se distingue des équipes classiques de cosmonautes par sa jeunesse. Car pour les agences spatiales comme pour ces jeunes surdoués, cette expérience est un vrai pari sur l’avenir. « Nous sommes quasi certains que ce genre de missions pourront être réalisées d’ici 10 à 15 ans. Nous espérons un jour en faire partie! » Explique Anastasia Stepanova, ingénieure russe.

DSC_4689.JPG

« Personnellement, c’est le manque d’eau chaude, d’internet et le fait de devoir faire du sport en étant dans un espace réduit pendant quatre mois qui m’inquiète le plus » confie Stefania Fediaї. Pendant quatre mois, le réalisme de la mission sera poussé jusqu’au rationnement de la nourriture distribuée tous les 30 jours comme délivrée par une capsule envoyée par la terre. Pour ce qui est de la communication avec l’extérieur, ou la terre donc, elle n’aura lieu que quelques minutes par jour avec 5 minutes de battement entre chaque échange.

Ce n’est pas tous les jours que l’on voit américains et russes enfermés quatre mois durant dans une même pièce, à Moscou. Mais l’espace semble résister aux tribulations géopolitiques qui animent les deux pays. « Nos deux agences semblent prêtes à travailler ensemble. On ne sait pas encore quelle collaboration nous mènera aussi loin dans l’espace mais elle sera forcément internationale et certainement avec la Russie. L’espace et le confinement créaient une sensation de camaraderie qui passe au dessus de tout ça » assure l’américain Reinhold Povilaitis, 30 ans, chercheur dans le domaine de l’orbite lunaire, lui aussi de la mission.

Paul GOGO

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s