Opinion internationale : « Ukraine, la politique du balayage sous le tapis »

DSC_0253.JPG
Arseni Iatseniouk au parlement, le jour de sa démission de son poste de Premier ministre. Photo : Paul Gogo

Jeudi 14 avril, le Parlement a voté la destitution du Premier ministre Arseni Iatseniouk, une destitution réclamée par de nombreux Ukrainiens depuis plusieurs mois et qui faisait l’objet de rumeurs tous les quatre matins.

à lire sur Opinion internationale

L’obsession du « terrorisme » du président Porochenko

Il est deux heures du matin, dans la nuit du vendredi 13 au samedi 14 novembre, quand le cabinet du président Porochenko appelle l’ambassadrice de France en Ukraine, Isabelle Dumont. À 11h le lendemain matin, le président, son premier ministre et une partie de son gouvernement débarquent devant l’ambassade pour s’y recueillir. Ont suivi, des dizaines d’ukrainiens. « J’ai été impressionnée par le nombre d’ukrainiens qui sont venus déposer des fleurs devant l’ambassade pour exprimer leur solidarité avec le peuple français » a ensuite déclaré l’ambassadrice.
Les ukrainiens se sentent d’autant plus proches des français qu’ils connaissent le traumatisme et les conséquences d’un massacre causé au cœur d’une capitale.

DSC_8489
Isabelle Dumont, ambassadrice de France et Petro Porochenko, président d’Ukraine. Photo : Paul Gogo

Mais pour le reste, la situation française n’est en rien comparable à la situation ukrainienne.
Au delà de la sincérité certaine des ukrainiens et de leur président, il y a, dans l’ensemble des discours du président Porochenko, une volonté obsessionnelle de faire un lien entre la situation ukrainienne et le terrorisme mondial. C’est parfois clairement dit, parfois insinué, le président ne cesse de répéter que l’Ukraine fait partie des victimes de ce terrorisme mondial. Car si l’ensemble de la presse internationale qualifie le conflit ukrainien de guerre (parfois civile), en Ukraine, pour une question de communication auprès de la population, la guerre du Donbass est considérée comme étant une « opération antiterroriste ». La majorité des médias ukrainiens respectent encore aujourd’hui cet élément de langage pourtant issu de la communication gouvernementale.
Mais cette comparaison grossière entre la guerre du Donbass et les attaques terroristes perpétrées dans le monde entier par l’état islamique trouve un certain écho chez les militants ukrainiens les moins modérés. Après avoir rendu hommage aux victimes des attentats, certains ont ensuite publié des photos de cadavres de soldats ukrainiens sur les réseaux sociaux. « Nous vous soutenons de tout cœur mais lorsque des soldats sont morts cette semaine dans le Donbass, personne n’est venu déposer de fleurs devant l’ambassade d’Ukraine en France » expliquaient-ils. L’Ukraine a parfois du mal à faire la différence entre la mort de ses soldats participants à une guerre et l’assassinat de civils en plein cœur de Paris, ville européenne dont la culture et le symbole de ces actes parlent au monde entier.

Il est vrai que la semaine dernière, au moins sept soldats ukrainiens ont été tués dans l’Est de l’Ukraine. Un regain de tension inédit depuis le cessez-le-feu de septembre dernier. Avec le retour des combats, les rumeurs d’attaques lancées par les renseignements ukrainiens pour mobiliser l’attention de la population se multiplient de nouveau. Au lendemain des attentats de Paris, les responsables Ukrainiens ont fait état de menaces particulières pesant sur les grandes villes du pays. La nature du risque n’a pas été précisée et le communiqué officiel entretien un flou étrange, insinuant (comme l’ont interprétés certains médias), que le risque pouvait être autant islamique que séparatiste…

En liant Vladimir Poutine à l’ensemble des catastrophes mondiales dans une volonté de diabolisation permanente de l’ennemi et de contre-propagande maladroite, le président encourage la naissance des théories du complot. L’idée se répand massivement dans les réseaux ukrainiens que les attaques terroristes de Paris seraient liées à Vladimir Poutine, les militants allant jusqu’à inventer la présence de Tchétchènes lors de cette attaque…

Est-il vraiment utile de démonter cette théorie… L’attaque de vendredi était attendue par les autorités, les responsables connus, notons également que Vladimir Poutine n’est pas plus épargné par les menaces terroristes que les français. 214 russes ont été tués lors du crash du Sinaï il y a deux semaines, 6 cette semaine à Bamako, les moscovites s’attendent à un attentat de grande ampleur dans les mois à venir, prendre le métro à Moscou devient une épreuve pour beaucoup d’habitants… Poutine bombarde peu l’EI, certes, (sûrement toujours plus que la France avant les attentats) mais se positionne sans ambiguïtés contre le groupe terroriste. Les adeptes de cette théorie du complot soulèvent que l’attaque fait le jeu de Vladimir Poutine. C’est vrai, mais il fait aussi sûrement le jeu du Front National, le jeu de l’ensemble des partis d’extrême droite européens, il fait aussi le jeu de Bachar el Assad, et il est même certain que cette nouvelle séquence « attentats » remontera la côte de popularité de François Hollande…

En arrière plan de ces théories tarabiscotées, il y a l’image d’un président ukrainien incapable de projeter l’Ukraine comme un pays mondial, les yeux rivés avec obsession sur le Donbass et sur Vladimir Poutine.
Il y a depuis quelques temps une inquiétude légitime qui traverse la population ukrainienne. Tout simplement celle d’être oublié par la diplomatie internationale. Il faut dire que la guerre s’est arrêtée aussi brutalement qu’elle est arrivée, en septembre dernier. La population comprenant que le Donbass et la Crimée ne reviendraient pas en Ukraine d’aussitôt, le temps était alors venu pour le président Porochenko de communiquer plus fortement sur les réformes en cours afin de conserver un certain soutien de la population, de montrer que le pays pouvait s’en sortir. Mais les événements politiques de ses dernières semaines commencent à fatiguer les ukrainiens qui ne voient plus le bout du tunnel. Un parlement incapable de voter démocratiquement et légalement des lois essentielles à la bataille contre la corruption et à un rapprochement de l’Europe, des élections régionales sabordées par les oligarques et barons défendant leurs citadelles, les mêmes qu’avant la révolution de la Dignité, un président ne tenant pas ses promesses, incapacité à faire condamner les responsables des massacres d’Odessa et de la révolution de la Dignité… Autant de réalités qui réclament des réponses et des actes.
Suite aux attentats parisiens, il y a également l’inquiétude que la France opère un rapprochement vers la Russie. Une inquiétude compréhensible, aux vues des dernières déclarations de Nicolas Sarkozy déclarant désormais ouvertement son amour à la Russie. Quand à François Hollande, il a d’ores-et-déjà entamé un rapprochement avec la Russie, avec en tête cette fameuse unique coalition en Syrie. Ainsi, l’Ukraine craint, que, le temps passant, le pays soit oublié et effacé par une éventuelle coalition syrienne, par l’actualité et par l’évolutions des intérêts politiques. Avec la peur de se retrouver abandonnée en cas de nouvelle attaque russe dans le Donbass, où, d’une façon plus réaliste, que la situation en Syrie pousse l’Europe à lever certaines sanctions au 31 décembre.

Paul Gogo

[Décalage Diplo] « Dans le Donbass, tous perdants ? »

à lire sur Décalage Diplo

KIEV. Par Paul Gogo. Dans l’Est de l’Ukraine, oubliés par la Russie, les séparatistes n’ont autre choix que de s’imaginer un futur lié à l’Ukraine.

DSC_2517
Igor Plotnitski, président de la république autoproclamée de Lugansk (LNR) et Alexandr Zakharchenko, président de la république autoproclamée de Donetsk (DNR). Conférence de presse, Donetsk, 2 février 2015. crédit : Paul Gogo.
Depuis le début du conflit, les séparatistes ont eu à avaler de nombreuses couleuvres. On a tendance à l’oublier, mais le projet politique initial des séparatistes pro-russes du Donbass était de recréer la « Nouvelle Russie » où « Novorossiya ». Si la zone séparatiste actuelle est encore dirigée par d’anciens militants de la nouvelle Russie, le projet, lui, est tombé à l’eau, il y a quelques mois, au cœur de la guerre. Et pour cause, les séparatistes ont rapidement compris qu’ils devaient revoir leurs ambitions à la baisse quand ils ont réalisé qu’aucune attaque de grande ampleur ne pouvait se faire sans l’aval et l’aide de l’armée russe fasse à une armée ukrainienne faible mais de plus en plus organisée.

C’est lors de l’été 2014, quand l’armée ukrainienne qui reprenait rapidement du terrain et a été violemment repoussée par les séparatistes aidés par l’armée russe, que les généraux ukrainiens ont compris que chaque attaque entraînait une réplique russe. Le risque donc de faire un pas en avant, repoussé de deux en arrière. Depuis, excepté les batailles d’Ilovaïsk et de Debalstevo, points stratégiques qui devaient appartenir à un camp, les seules attaques séparatistes relevées correspondaient à une réponse d’attaques ukrainiennes (Shyrokine) où à un coup de pression Russe à la veille d’une rencontre internationale (Marinka).

Des soldats séparatistes dépendants 
Pour le reste, les déclarations des séparatistes n’étaient que propagande et coups de pression. Ils ont longtemps clamé qu’ils prendraient la ville portuaire de Marioupol (sud de Donetsk). La Russie n’en voulait pas et officieusement, cela n’arrangeait pas vraiment les affaires des séparatistes. Car cette ville ne se prend pas avec des tanks et des bombes. Les clés sont à négocier avec Rinat Ahmetov, toujours et plus que jamais, encore aujourd’hui, le roi du Donbass. Lui, a toujours tenu à garder ses usines en Ukraine. Il nourrit de nombreux habitants du Donbass avec son aide humanitaire et participe à la naissance d’une « économie séparatiste » en s’approvisionnant en zone prorusse avec les transactions financières qui vont avec.

La prise de villes comme Kharkiv ou Odessa sont également rapidement apparues totalement irréalistes. Les séparatistes n’ont quasiment jamais eu les moyens de leurs ambitions. De facto, le projet de Novorossyia où d’une quelconque conquête de grande ampleur sont donc tombés à l’eau. D’autant plus que ce projet défendu par des séparatistes anti-impérialistes d’extrême-droite n’a jamais reçu que peu d’écho dans la société civile du Donbass.

Le nettoyage russe
Puis, il y a eu le ménage russe, apparu très tôt dans le conflit mais qui prend de l’ampleur depuis quelques mois. La Russie n’a jamais voulu de Novorossiya, pas plus d’une intégration du Donbass en Russie (contrairement à ce que la propagande séparatiste a longtemps fait croire à la population qui déchante désormais). Alors rapidement, les agents russes présents dans le Donbass ont lancé des opérations de nettoyage dans les instances militaires et politiques séparatistes. D’abord dans les bataillons pour calmer les têtes brûlées qui prenaient trop de liberté avec les ordres et abusaient de la corruption, puis dans les ministères pour se séparer de ceux qui ne souhaitaient pas respecter les demandes du Kremlin et donc les accords de Minsk. Ces éliminations ont été particulièrement médiatisées à cause de leurs violences (assassinats de personnages réputés) et de par leur efficacité (des personnalités politiques séparatistes disparaissent soudainement de la circulation et réapparaissent quelques semaines plus tard à Moscou). Ceux qui restent sont désormais ceux qui acceptent de gouverner la main du Kremlin sur l’épaule.La défaite de l’Europe
Enfin, il y a quelques semaines, les séparatistes avaient promis d’organiser leurs propres élections locales alors que l’Ukraine organisait les siennes. Mais il était hors de question pour Poutine d’envoyer balader l’application des accords de Minsk. Il s’agissait même pour lui d’utiliser les échéances de l’application du cessez-le-feu et des élections locales pour progressivement conclure la séquence ukrainienne, tenter de faire sauter quelques sanctions au 31 décembre et se concentrer sur la Syrie. Vladimir Poutine s’est donc aligné sur ses « partenaires » européens en demandant l’annulation des élections séparatistes. Message reçu. Les prorusses ont décidé de reporter leur scrutin à 2016.

Mais depuis, ils multiplient les déclarations « tolérantes » envers l’Ukraine, il n’est plus question de s’adresser à « l’Ukraine fasciste ». Organiser des élections reconnues par l’OSCE et donc par l’Ukraine ? Pourquoi pas. À conditions que l’Ukraine vote ce fameux amendement à la constitution relatif à l’indépendance des régions du Donbass. Ça tourne bien puisque c’est prévu par les accords de Minsk. Certains détails mis en conditions par l’Ukraine (reprise ukrainienne du contrôle de la frontière Russe, amnistie des séparatistes) ne sont pas près d’être réalisés mais les séparatistes comprenant que leur avenir ne se fera pas plus avec la Russie qu’avec l’Ukraine, commencent à s’ouvrir à la discussion.

Cette situation est d’ailleurs voulue par Vladimir Poutine. Car en œuvrant pour garder cette zone hybride, le président russe fait l’économie du financement d’une région, certains services publics (pensions) sont encore financés par la Russie pour le moment mais rien à voir avec l’investissement criméen. Ce sont l’Ukraine, l’Europe et leurs ONG qui devront dépenser beaucoup d’argent et d’énergie dans la région dans les années à venir. Les européens préféreront toujours dépenser de l’argent pour le Donbass que de prendre le risque d’une complication. C’est la reprise des combats qu’il faut éviter. Enfin, et c’est le point principal de la stratégie russe, en conservant cette situation de conflit gelé, le président Russe garde un couteau dans la plaie ukrainienne, européenne et américaine, à remuer comme bon lui semble,et cela, ça n’a visiblement pas de prix dans la Russie de 2015.