La Libre Belgique. Comment Ramzan Kadyrov a utilisé le Mondial pour servir sa com’

Ramzan Kadyrov avait fait pression auprès du Kremlin et de la Fifa jusqu’au bout. Pas question pour le leader autoritaire de la Tchétchénie d’être écarté de la Coupe du monde. L’indignation

générale des ONG de défense des droits de l’homme n’y a rien fait, Kadyrov s’est vu attribuer la responsabilité d’accueillir l’équipe égyptienne dans sa capitale, Grozny. Le politicien controversé a cependant été épinglé de nombreuses fois pour ses atteintes aux droits fondamentaux et à la liberté de la presse. Il a également été accusé d’avoir emprisonné, torturé et assassiné des dizaines d’homosexuels de Tchétchénie, provoquant un tollé dans le monde entier. Sauf en Russie.

Un roi de la com’

Le jeune leader autoritaire, star des réseaux sociaux et notamment d’Instagram, occupe ses journées à monter des opérations communication autour de sa personne. Pour ce fan de l’équipe égyptienne, recevoir le célèbre attaquant de Liverpool Mohamed Salah dans sa capitale relevait du cadeau

inattendu dont il a su tirer les bénéfices à force de publications sur Internet et dans les médias d’État. S’il y a un sujet qui fait régulièrement débat en Russie, c’est l’importance des fonds nationaux envoyés par le Kremlin en Tchétchénie. Le contrat originel liant Vladimir Poutine à Ramzan Kadyrov consiste à faire en sorte que ces roubles permettent au président tchétchène d’assurer la stabilité de cette région qui fut autrefois une vraie poudrière pour Moscou. Mais, depuis quelque temps, Vladimir Poutine voit en ce coûteux Kadyrov un rôle d’autant plus stratégique. Ses liens et ses affinités avec les leaders du Moyen-Orient pourraient jouer un rôle clé dans la Russie du futur. C’est ainsi que les joueurs égyptiens ont été accueillis comme des rois à Grozny. En plein ramadan, dans une ville où l’alcool se fait rare, de nombreux titres de presse russes ont rapporté les propos des locaux qui,semble-t-il, étaient plus prompts à soutenir l’équipe d’Égypte que l’équipe russe durant ce Mondial pour une question de proximité culturelle. “A travers le football, nous allons montrer que nous nous développons et que, contrairement à ce qu’affirme la presse qui souhaite raviver d’anciennes haines par la désinformation, nous ne revenons pas en arrière”, a affirmé Magomed Matsuev, directeur du stade de Grozny, au “Guardian”.

Mo Salah piégé

C’est donc l’attaquant Salah qui s’est retrouvé au cœur de cette opération communication. Sorti de

son lit par le leader tchétchène alors qu’il soignait une blessure à la jambe, il a dû défiler devant les caméras collé à l’infréquentable Kadyrov. Quelques jours plus tard, il a été fait citoyen d’honneur de Tchétchénie, une nouvelle fois au côté de Kadyrov, et devant toutes les caméras de la région. Un piège selon Mohammed Salah qui s’est retrouvé au cœur d’une polémique. Selon CNN et ESPN, le joueur serait furieux au point de réfléchir à arrêter sa carrière. Il accuse la fédération égyptienne de ne pas l’avoir protégé, de ne pas lui avoir laissé le choix de poser au côté d’un Kadyrov excité comme un enfant. Fin du calvaire pour l’attaquant, l’Egypte a quitté le Mondial lundi soir.

Paul GOGO

Publicités

L’ONG « Mémorial » prise pour cible dans le Caucase

Papier publié dans Ouest-France

Il était 10h30 le 9 janvier dernier lorsque Oyub Titiev, représentant de l’ONG russe de défense des Droits de l’Homme Mémorial en Tchétchénie (1 800km au sud de Moscou), a été arrêté par la police. 180 grammes de marijuana ont été retrouvés dans la voiture de ce militant âgé de 60 ans. Ses proches et collègues accusent la police d’avoir usé d’une ficelle vieille comme le monde. Faire tomber un opposant en déposant de la drogue dans sa voiture. Lors de la perquisition du bureau de l’ONG à Grozny, la capitale, la police a trouvé un cendrier remplis de cigarettes. Aucun membre de l’équipe ne fumant, Mémorial accuse la police d’être venue avec ses « preuves ».

« Ils vont tenter de me faire passer pour un drogué. Si je plaide coupable un jour, cela ne se fera que par la force ou le chantage » a écrit Oyub Titiev dans une lettre transmise à son avocat.

Incendie

Mercredi dernier, deux hommes ont mis le feu au bureau de Mémorial en Ingouchie, non loin de Grozny. « Après les guerres de Tchétchénie, ce bureau a accueilli des milliers de victimes de tortures, ou de gens sans nouvelles de leurs proches enlevés et assassinés par les militaires et services de sécurité russe puis, aujourd’hui, par les autorités Tchétchènes soutenues par Moscou » raconte Tanya Lokshina, responsable de l’ONG HRW en Russie. Depuis plusieurs semaines, la police du président Ramzan Kadyrov est de nouveau accusée d’user de la torture. Après s’en être pris aux homosexuels de la région, ce sont des trafiquants de drogue présumés qui seraient plusieurs dizaines à être torturés dans les geôles de Grozny. À la veille de la présidentielle, le « problème tchétchène » est tabou en Russie où le Kremlin continue d’arroser la république tchétchène en roubles, comptant sur l’incontrôlable Kadyrov pour maintenir une certaine stabilité dans cette région.

Paul GOGO