Russie : 17 militants LGBT arrêtés à Saint-Pétersbourg

Papier diffusé sur Libération.fr

Répondant à l’appel de l’organisation de l’opposant à Vladimir Poutine Mikhail Khodorkovski, les manifestants s’étaient allongés ce lundi sur l’artère principale de la ville avec drapeaux tchétchènes et LGBT et faux sang pour dénoncer la répression du président Ramzam Kadyrov.

 

Au moins 17 militants LGBT ont été arrêtés ce lundi en marge d’un défilé du 1er mai à Saint-Pétersbourg, selon l’organisation russe spécialisée dans le monitoring de manifestations OVD-info. Affublés d’étendards arc-en-ciel et de drapeaux de la Tchétchénie, les militants se sont allongés sur l’artère principale de la ville, Nevsky prospect, couverts de faux sang. Ils s’en sont alors pris au président de la République de Tchétchénie, Ramzam Kadyrov, en s’écriant «Kadirov, à La Haye !», référence au siège du Tribunal pénal international. Plus tard dans la journée, la police a justifié ces arrestations en faisant état d’un «trouble à l’ordre public».

Ces militants répondaient notamment à l’appel de l’organisation Russie ouverte, de l’oligarque opposant à Vladimir Poutine Mikhail Khodorkovski. Elle est la cible des autorités depuis maintenant plusieurs jours. Samedi, ses représentants ont réuni des centaines de manifestants à travers le pays pour appeler Poutine à ne pas se représenter à la prochaine élection présidentielle, en 2018.

Une action avortée à Moscou

Il y a quelques semaines, une enquête du journal d’opposition et d’investigation Novaïa gazeta décrivait le harcèlement et les menaces dont font l’objet les LGBT de Tchétchénie. Une centaine de personnes, LGBT ou soupçonnées de l’être, auraient ainsi été arrêtées par les autorités tchétchènes puis menacées de mort, voire assassinées, le mois dernier. Les autorités du pays ont nié l’existence de ces méthodes, arguant «qu’on ne pouvait pas détenir et persécuter des gens qui n’existent pas dans notre république».

Si ces révélations et la communication provocatrice du gouvernement tchétchène ont fait le tour du monde, elles n’ont eu de résonance en Russie qu’à travers les réseaux sociaux, où les Russes se sont indignés en nombre. Cette action du 1er mai représente une première tentative de dénoncer le sujet publiquement, qui reste sensible en Russie : les autorités chassent quotidiennement les signes de «propagande homosexuelle».

Toujours à l’appel de la fondation Russie ouverte, des militants «végans et LGBT» (selon les termes de l’organisation) ont également tentés de se faire entendre à Moscou ce lundi. Les 19 militants ont été temporairement retenus par la police, accusés d’avoir déployé un drapeau arc-en-ciel dans le centre-ville puis relâchés sans poursuites.

Paul GOGO

Publicités

Alexeï Venediktov: « En coulisses, Vladimir Poutine a déjà préparé sa réélection »

Alexeï Venediktov est le rédacteur en chef de la radio moscovite « Écho de Moscou« . Cette radio au million d’auditeurs quotidien est l’une des rares à encore donner la parole à l’opposition russe. Venediktov, « vieux de la vieille », travaille en équilibre sur une ligne rouge depuis maintenant 18 ans.

Article à retrouver sur Ouest-France.fr

DSC_4926.JPG

 Comment est née « Écho de Moscou »?

Notre radio a été inaugurée en 1990. Nous avons à l’époque reçu la licence n°1 sur décret de Gorbatchev car jusqu’ici les médias appartenaient au parti communiste, soit à l’état. En juin 1990, Gorbatchev a signé la loi pour la liberté des médias, et on a décidé de faire une radio privée. Ce sont mes amis Sergueï Korzoun et Sergueï Buntman qui travaillaient à la rédaction française de la radio d’état qui ont décidé de créer « Écho ». Moi, ami d’un ami, on m’a proposé de faire une rubrique sur l’éducation parce que j’étais prof d’histoire à l’école depuis déjà 13 ou 14 ans à Moscou. Notre radio a commencé à émettre le 22 aout 1990. Dès cette époque, nous avons tout fait pour protéger notre indépendance.

Justement, comment un média comme le votre peut-il protéger son indépendance dans la Russie de 2017 ?

Lors de la naissance de notre radio, nous étions indépendants, mais on a très vite compris qu’il nous fallait des actionnaires extérieurs et pas seulement des journalistes. Nous souhaitions bien sûr garder notre ligne éditoriale donc nous avons intégré à nos statuts le fait que seul le rédacteur en chef ait son mot à dire sur la ligne éditoriale. Le rédacteur en chef, pas le directeur général. Ce qui fait que les actionnaires peuvent limoger le rédacteur en chef, mais ils ne peuvent pas le choisir. Le rédacteur en chef ne peut être élu que par le conseil des journalistes. La radio repose toujours sur ces règles aujourd’hui. Gazprom est propriétaire de 66% des actions de notre radio, ils peuvent me limoger mais ils ne peuvent pas nommer le rédacteur en chef. Et pour changer ce statut, il faut avoir 75% des actions, les 34% restant appartiennent aux journalistes. Voilà pourquoi notre politique rédactionnelle reste indépendante de l’Etat, de la politique, de Gazprom, de la pub, parce que c’est moi et seulement moi qui décide de ce qu’on peut faire et de ce qu’on ne peut pas faire. Parmi nos règles, il est également défendu pour nos journalistes d’appartenir à un parti politique parce que le seul chef, c’est le rédacteur en chef, pas un secrétaire général, pas Navalny, pas Poutine, pas Jirinovski. Nous avons beaucoup de choses comme ça faites pour protéger notre indépendance.

Quand j’étais petit journaliste, Poutine était un petit bureaucrate, nous avons grandi avec le pays et notre ligne éditoriale n’a jamais changé : Tous les problèmes de monsieur Poutine ou de monsieur Navalny sont sur notre site et sur nos ondes.

Vous savez que je suis le seul journaliste à avoir été critiqué par le président, publiquement, sous les caméras, maintenant deux fois. Mais je dis toujours que si nous pouvons critiquer le président, il est en droit de critiquer la radio publiquement.

Mais ne soyons pas hypocrites pour autant. Tout le monde sait que notre actionnaire n’est pas Gazprom mais Vladimir Poutine. Il y a seize ans, Vladimir Poutine m’a dit, « si tu as un problème, tu peux me téléphoner ». Je n’ai jamais appelé le président, jamais en dix-sept ans. Parce que je comprends très bien que la première fois il résoudra mes problèmes, puis ensuite, comme dans un jeu, vous avez sept vies, une fois tout utilisé, c’est la fin.

Je me rappelle du conflit qu’il y avait eu entre moi et monsieur Lessine, alors président de Gazprom media (NDLR en 2012). Deux jours avant un conseil d’administration, il m’avait annoncé qu’il souhaitait me limoger. Je lui ai dit : « Tu as le droit de me limoger, mais est-ce que tu as appelé l’administration présidentielle ? Tu as reçu son « oui »? « non »? Je te le conseille ». Au final j’ai gardé mon poste, et c’est lui qui a été limogé quelque temps plus tard. C’est à dire que je comprends très bien que chaque jour, chaque heure, je peux être limogé mais je suis absolument ouvert, à droite, à gauche, de toutes les forces de notre pays. Nous sommes un média, nous donnons la parole à ceux qui donnent des opinions différentes sur un même sujet. C’est notre rôle, c’est ce que je dis souvent. Et pendant les rencontres des rédacteurs en chef avec le président, maintenant c’est une fois par an, avant c’était plus souvent, j’ai toujours expliqué mon travail de cette façon. On continue à m’inviter à toutes les rencontres, avec les gouverneurs, les chefs de la sécurité, les ministres, dans tous les cas je parle dans ces cercles comme je parle dans mes émissions car je travaille pour mes auditeurs, pas pour le président ou les actionnaires. Voilà pourquoi la radio existe encore sous cette forme.

Nous pouvons et parlons de toutes les enquêtes sensibles sur la famille du président, sur la Tchétchénie, toutes ces enquêtes publiées par Navalny ou la Novaya gazeta sont publiées sur notre site et sont discutées sur nos ondes. J’ai seulement 12 reporters donc nous n’avons pas la possibilité de réaliser ces enquêtes. Mais nous pouvons les publier et organiser des débats. Il y a quelques minutes j’ai discuté avec le responsable de la presse du premier ministre Medvedev sur un sujet sensible. Je lui ai envoyé un télégramme, il m’a répondu parce que je veux avoir des explications sur nos ondes, des explications valables, pas des explications que donnent les amis du premier ministre. Je veux avoir les explications de tous les partis, et je dis toujours que même les tueurs doivent avoir le droit à la justice, à la justice publique, le droit de s’expliquer. C’est pourquoi je suis d’accord pour avoir les ITW de monsieur Assad, de monsieur Poutine, ou de monsieur Trump sur mes ondes.

Quel est le point de vue de Vladimir Poutine sur nos élections françaises ?

18191369_10211824243982780_2142692133_n
La presse attend Marine Le Pen à la Douma. Elle ne s’arrêtera pas et rejoindra Vladimir Poutine le 24 mars dernier.

D’abord, pour l’anecdote, sachez que nous avons invité Marine Le Pen quand elle est venue à Moscou (NDLR le 24 mars 2017) car nous avons des contacts avec des proches de Marine Le Pen. Cette fois-ci, ça ne l’a pas fait car elle ne voulait pas que l’on dise qu’elle était de passage à Moscou.

À propos de Vladimir Poutine, je ne suis pas son attaché de presse mais je connais son opinion.

Il faut comprendre que Poutine soutient toujours les candidats anti-américain, anti atlantiste, anti solidarité atlantiste. Pourquoi on a soutenu Trump? Il n’est pas anti américain mais on pensait qu’il affaiblirait l’OTAN, l’Union-Européenne. Pourquoi on a soutenu le Brexit et monsieur Farage ? Qui est monsieur Farage ? C’est rien, c’est nul, mais ça affaiblit l’Union Européenne, ça veut dire que c’est bon pour nous. Ça affaiblit les relations entre les USA, l’Angleterre et l’Union Européenne. C’est la position du Kremlin, soutenir les candidats anti atlantistes, anti américains, anti européens, c’est à dire que dans ce camp là, nos amis français sont monsieur Fillon et madame Le Pen. L’ennemi, Emmanuel Macron.

Ensuite, il y a la question de la Crimée et des sanctions. On soutient les candidats qui reconnaissent le droit de prendre, enfin, de reprendre la Crimée. Les candidats qui considèrent que la question de la Crimée est réglée, nous les soutenons toujours. Madame Le Pen et monsieur Fillon l’ont dit, pas Emmanuel Macron. C’est là que sont nos  intérêts.

Ensuite, il faut garder en tête que monsieur Poutine est très conservateur dans son âme. Si monsieur Poutine était citoyen français, colonel-adjoint de la DGSE, comment croyez-vous qu’il aurait voté ? Au premier tour, pour monsieur Fillon, au second tour pour madame Le Pen. Je lui ai lancé en 2008, alors qu’on se demandait qui il allait choisir entre Obama et McCain, « vous devez voter McCain monsieur le Président!« . Il m’a répondu « ah, tu as tout compris, c’est bien ! » Mais c’est parce que c’est la tradition, l’archaïsme, la religion, l’histoire, ce sont ses valeurs.

Au final, ce sont ces trois points : anti-atlantisme, Crimée/Ukraine et ses valeurs qui l’ont poussé vers monsieur Fillon. Aujourd’hui, le Kremlin souhaiterait très sûrement la victoire de madame Le Pen, monsieur Macron on ne sait pas qui c’est ici.

La vision de la Russie sur l’Europe unie, c’est de l’affaiblir parce que nous avons contre nous un front uni allant de l’Amérique jusqu’à la France/Angleterre sur les questions de l’Ukraine, de la Syrie, des pays baltes. Et si il y a une turbulence dans votre pays après l’élection de madame Le Pen, pour nous c’est gagné.

Voilà pourquoi je ne sais pas sous quelle forme il soutient vos candidats, ces histoires d’argent et de hackers sont vraies ou fausses, quoique pour l’argent c’est plutôt vrai mais nous voyons que Vladimir Poutine fait maintenant monter des gens qui sont liés à madame Le Pen. Par exemple, après 2012, c’est Leonid Slutski, autrefois membre du parti de Jirinovski (NDLR président de la LDPR, parti ultra-nationaliste russe) qui avait organisé la visite de son père. Slutski est aujourd’hui membre de la commission des Affaires étrangères de la Douma. C’est lui qui a payé, via son fonds, la visite de parlementaires français en Crimée, avec monsieur Mariani en tête, je l’ai vérifié.

Comment expliquez-vous la récente visite de Marine Le Pen à Moscou et surtout au Kremlin?

J’ai parlé avec mes contacts au ministère des Affaires Étrangères et de l’administration présidentielle sur la visite de madame Le Pen. Je leur ai demandé ce qu’il s’était passé avec Le Pen, ils m’ont répondu : « elle a demandé !« .

J’ai ajouté, « mais pourquoi Poutine l’a reçue alors que notre candidat était censé être Fillon ? »

Ils ont répondu : « Parce que Fillon n’a pas demandé à être reçu ! »

Bon, ce n’est pas l’explication mais tout de même. On nous avait dit qu’il n’y aurait pas d’images de cette visite. Mais Marine Le Pen a insisté plusieurs fois pour qu’il y ait des photos d’elle, seule avec le président Poutine de diffusées. C’est elle qui a insisté pour que sa rencontre soit médiatisée alors que le Kremlin ne le souhaitait pas à l’origine.

L’administration présidentielle ne voulait pas la présenter comme une amie parce qu’on comprenait qu’elle avait moins de chance que Fillon de gagner. Maintenant nous sommes liés à elle.

Comment va se dérouler la présidentielle russe ?

DSC_4473.JPG
Le soir où Vladimir Poutine a été réélu pour la troisième fois, en mars 2012.

Personne ne le sait et si quelqu’un vous a dit qu’il savait, ce n’est pas vrai parce qu’il n’y a pas de décisions prises.

Mais il y a des faits.

Il y a quelques mois, l’administration présidentielle a organisé des réunions avec des politologues, sociologues, politiques, pour préparer la réélection de Poutine. Ils ont reçu toutes les consignes nécessaires pour commencer ce travail. Depuis sept à huit mois, l’administration présidentielle prépare sa candidature.

Je pense que Poutine sera réélu sans que l’élection ne soit anticipée (NDLR Une rumeur tenace a fait son chemin à l’automne dernier, insinuant que la présidentielle de 2018 pourrait être anticipée pour assurer la réélection de Vladimir Poutine).

Deuxièmement, si le résultat de l’élection présidentielle semble plutôt évident, on comprend par contre que des changements apparaîtront dans le gouvernement. Vladimir Poutine commence petit à petit à changer ses équipes, au Kremlin comme dans les régions. Autrefois, il y avait des gens autour de lui que j’appelais les frères. Ce sont des anciens du KGB, la soixantaine, anciens sous-colonels comme lui, qu’ils ont connu quand Poutine était maire-adjoint de Saint-Pétersbourg. C’est-à-dire messieurs Iakounine, Ivanov, Patrouchev et les autres, même les gouverneurs. Depuis un an, nous voyons des changements dans les postes clés, des gens que j’appellerais les neveux.

Ce n’est pas seulement une nouvelle génération, ce sont des gens qui ont fait du business sous Eltsine, et leur carrière bureaucratique sous Poutine. Ils étaient businessmen dans les années 1990 et sont maintenant appelés par Poutine dans des administrations, dans les mairies de Moscou et Saint-Pétersbourg, puis il les monte progressivement. Deux exemples, le gouverneur de Nijni Novgorod, Andreï Nikitin et le gouverneur de Perm, Maxim Reshetnikov. Mais il y a aussi le chef d’administration de Poutine, Kirienko. C’est le premier échelon.

Le deuxième échelon ce sont les généraux qui étaient avant les petits capitaines, ses gardes du corps qu’il connait bien et qu’il monte peu à peu dans les administrations civiles pour regarder comment ils fonctionnent. Ils ont tous moins de 50 ans. Ce n’est plus la génération soviétique. Il commence pas-à-pas à changer les principes de son équipe. Ce ne sont pas les principes de loyauté des années 1980-90, ce sont les fils, les neveux et pas les frères.

Medvedev, c’est le frère, mais le frère cadet. Il est loyal c’est sûr. Quand Poutine lui a demandé de quitter le poste présidentiel, il l’a rendu en dix minutes, ça a beaucoup compté pour Poutine. On ne sait pas si Medvedev restera ou non mais il finira peut-être président de la cour suprême ou constitutionnelle un jour.

Je vois en tout cas que c’est une génération politique mais pas génétique qui monte, des gens qui n’ont pas fait leur carrière en URSS.

Qu’en est-il de l’opposition russe ?

Opposition (9).JPG
Alexeï Navalny à la sortie d’un commissariat, en mars 2012

C’est une nouvelle société qui monte, comme Macron, 39 ans, Navalny, la quarantaine, c’est une génération très ambitieuse comme a pu l’être celle de Blair ou Sarkozy. Ce sont des gens qui ne pouvaient pas faire grand chose mais qui avaient beaucoup d’espérance. Regardez l’Ukraine, il faut chercher les jeunes loups, les gens pas trop idéologiques. Avec des anciens grands empires comme la Russie, la France qui après la guerre a perdu ses colonies, ils n’ont pas l’effet de l’Algérie française, du Kazakhstan russe ou de la Tchétchénie russe. Ce sont des jeunes absolument nouveaux. Donc bien sûr que si Navalny est une personnalité qui peut garder sa vie, je ne dirais pas sa liberté parce que nous avons vu que les gens perdent leur liberté puis la retrouvent, peut-être qu’il deviendra un jour président de la Russie, quand Poutine et ses héritiers seront partis.

Ce qui est intéressant dans l’histoire de la Russie, quand nous regardons comment les grands changements, les grandes réformes ont commencé, nous voyons que l’histoire se répète. Regardez la mort de Staline, il y a eu deux ans en suspend ensuite, c’est ensuite Khrouchtchev qui est sorti du bureau politique et qui a fait les réformes. Après, Brejnev, Gorbatchev…

Donc si Poutine sortait, il y aurait peut-être deux ans d’un pays dirigé par une personnalité politique faible comme Medvedev. Mais Medvedev contre Navalny, qui l’emporterait ? C’est pourquoi Navalny attaque Medvedev, il a très bien compris cela. Attaquer Poutine ? Il est fait de kevlar ! Il s’en fout ! Mais Navalny comprend que Medvedev est son concurrent, pas Poutine. Pas aujourd’hui, pas pour l’élection présidentielle de 2018 mais ensuite, il attaquera l’héritier de Poutine.

La presse internationale a cru remarquer l’apparition de nouveaux visages, plus jeunes, lors de la dernière manifestation d’Alexeï Navalny, le 26 mars dernier, qu’en est-il ?

DSC_4787
Le 26 mars 2017, des jeunes défiants la police anti-émeute lors de la dernière manifestation d’Alexis Navalny

Ceux qui sont sortis dans la rue, c’est de la protestation. Ceux qui sortent parfois pour Staline, c’est aussi de la protestation. Ce n’est pas l’important, l’important c’est ce que l’on voit sur les photos que fait Navalny quand il ouvre ses nouveaux bureaux en région. Il y a toujours des jeunes autour de lui. Il ne faut pas regarder ceux qui sortent dans la rue, il faut regarder ceux qui sont volontaires, qui s’engagent, ils prennent des risques, ils sont filmés et fichés par le ministère de l’intérieur mais ils n’ont pas peur, ils ne voient pas la peur. « Quinze jour en prison ? Je m’en fiche ! » se disent-ils!  Ils ne sont pas extrémistes, ils sont je-m’en-foutiste, ils n’ont pas peur de l’état.

Pour moi le signal ce n’est pas forcément les gens qui descendent dans la rue parce que ça arrive à peu près une fois par an. Le signal ce sont ceux qui s’engagent comme volontaires dans les régions lointaines dirigées par des gouverneurs et la milice et qui se moquent de tout. Ils y vont, ils montrent leur visage, ils font des photos, ce sont des centaines de jeunes gens qui sont prêts à manifester mais surtout à s’engager, à prendre des risques, à aller en prison, c’est très intéressant.

Je m’imagine si mon fils faisait la même chose, s’il allait jeter ses sandales sur la police. Je m’en ficherais, mais travailler, risquer ses études, ses amis, sa famille, quand je regarde ces photos qui viennent de provinces très conservatrices, ce sont des gens qui vivent dans un autre pays via internet, d’autres valeurs, d’autres principes. « Tu m’interdis d’aller me promener ? Je m’en fout. Tu m’interdis de m’engager dans tel ou tel groupe, je m’en fous. Je proteste comme ça, je soutiens Navalny parce que c’est le chef de la protestation« . Autour de Navalny il y a même des gens qui portent des drapeaux de l’union soviétique et des portraits de Staline. C’est de la protestation contre la corruption. Il y a avec eux des étudiants qui ont étudié à la Sorbonne, à Oxford, c’est la masse qui proteste, c’est une alliance de protestation qu’il fait, et c’est génial.

Je sais d’ailleurs que ça inquiète le Kremlin.

Vous verrez dans les mois à venir qu’il y aura des « projets patriotiques » dans les écoles et universités.

Dans un discours de Macron, j’ai vu une phrase « nous sommes les patriotes contre les nationalistes« . Je pense que Navalny reprendra cette phrase en ce sens qu’il soutient les patriotes, il reprend le flambeau du patriotisme des mains de ces quasi patriotes du Kremlin, ces patriotes professionnels ou patriotes du salaire. Il enflamme ces jeunes-là parce qu’il leur dit que tout ce qu’ils font c’est pour la patrie, ce sont eux les héritiers des gens qui ont gagné la grande guerre. C’est une très bonne chose pour la politique. La concurrence c’est très bien.

Par exemple, au delà des affaires, dans vos élections il y a eu plein de projets différents, il y a eu une bataille de projets, ce qui n’existe plus dans mon pays. J’aurais aimé qu’il y ait un second tour Fillon/Macron parce que ce sont deux projets différents qui se seraient combattus pour que les gens puissent choisir.

Chez nous, il y un projet de Navalny, qui est aussi flou que le projet de Macron et il n’y a pas de projet de Poutine. Qu’est-ce que c’est que cette bataille? C’est une bataille pour garder ou prendre le pouvoir.

Quelles sont les figures de l’opposition aujourd’hui en Russie ?

De mon point de vue, il y a trois personnalités.

Il y a Alexeï Navalny qui est le leader, qui a le flambeau de l’opposition.

Il y a Khodorkovski qui est un symbole de l’opposition dans un sens vaste. C’est une personnalité qui a passé dix ans en prison et qui ne cesse pas de combattre.

Et on commence à voir une troisième personnalité, c’est Dmitry Goudkov qui souhaite devenir maire de Moscou et qui veut faire la même route qu’a fait Navalny en 2013. ça sera d’ailleurs peut-être une coalition envisageable pour le futur. Nous avons donc ces trois figures, nous n’avons plus monsieur Kassianov et monsieur Nemtsov qui lui, a été tué.

Il ne reste donc plus que Navalny pour le flambeau, Khodorkovsky pour le symbole d’oppression et monsieur Goudkov qui est sans parti, sans force comme Macron, qui commence à monter. Les sondages le mettent d’ailleurs autour de 20% tout de même (NDLR en prévision d’élections municipales), ce n’est pas rien.

Êtes-vous une radio d’opposition?

Il faut dire que quand monsieur Poutine a fait du paysage médiatique un plat pays, petit arbre que nous étions, nous sommes devenus un grand arbre, mais seulement parce que nous sommes seuls. Je pense que à Amiens ou à Arras, nous serions une radio banale. Tous les hommes politiques de la région, tous les sportifs, les artistes de la région seraient venus chez nous pour s’exprimer et ça aurait été banal en Europe. Mais en Russie, comme tout est défendu, nous sommes une presse d’opposition parce que nous ne voyons pas comment Navalny pourrait être invité sur une chaîne d’opposition. Nous disons toujours que nous sommes une radio professionnelle, pas d’opposition. Il y a Dojd, média d’opposition qui invite toujours les opposants, nous, nous sommes les autres.

On nous accuse souvent d’être agent de l’état ou de Gazprom, décidez qui nous paie ! Je sais très bien que ma politique rédactionnelle est ouverte, ça se voit, on ne cache pas une politique rédactionnelle. Par exemple, si je publie sur mon site les « Panama papers » ou quelque chose sur la famille de Poutine, ça se verra. Nous ne sommes pas une radio d’opposition mais nous critiquons toujours le gouvernement parce que critiquer l’opposition c’est déjà fait par les chaînes de télévision russes.

Propos recueillis/photos par Paul GOGO pour Ouest-France

Dans les coulisses du Bolchoï en direct

 

Ce dimanche, la société française Pathé Live célébrera son 30e ballet diffusé en direct depuis le Bolchoï de Moscou. Sur place, les équipes françaises travaillent au cœur de cette institution légendaire.

DSC_4599

Il est 19h vendredi, dans les couloirs du Bolchoï, des danseuses dont les longues jambes sont cachées d’un brouillard de tutus sortent précipitamment des ascenseurs du théâtre pour rejoindre la scène. Pour leurs collègues, l’échauffement a déjà commencé dans une toute petite pièce faite d’une barre de répétition et de miroirs, située à l’entrée de la scène. L’orchestre lance les premiers accords de cette répétition, les danseurs piétinent rapidement dans une bassine remplie de résine pour ne pas chuter sur le sol glissant de la scène inclinée. Les regards sont fermés, les corps visiblement fatigués. Ce dimanche, c’est le ballet « Un héros de notre temps », l’histoire d’un jeune officier désabusé en voyage dans les montagnes du Caucase qui sera diffusé en direct depuis Moscou. Le rideau s’ouvre, les étoiles accourent sur scène avec cette précision et cette concentration qui font la réputation de l’institution. Dimanche, à 17h, ce sont les danseurs les plus réputés du Bolchoï qui monteront sur scène.

Un ballet dans le ballet

Côté technique, c’est un autre ballet qui s’organise. Le son et l’image, le tout doit être capté et envoyé instantanément par satellite dans le monde entier. C’est la société française « Pathé live » qui produit. Les soirs de directs, on parle russe et français dans les couloirs du célèbre théâtre. La régie est, elle, installée dans un camion sur le parking. « Nous avons dix caméras disposées dans la salle, une trentaine de micros dans l’orchestre » explique Xavier Fontaine, en charge du son. « Un ballet filmé, c’est un équilibre à trouver entre deux publics. Il faut que le public sur place puisse assister à la soirée dans les meilleures conditions possibles, mais comme c’est filmé, éclairages et maquillages doivent être adaptés aux gros plans des caméras. C’est compliqué, mais le système est rodé » explique Sergeï Timonin, en charge de la seconde scène du Bolchoï.

Paul GOGO

«Masha et Michka», l’épopée russe

Article publié dans Libération

Empreint de folklore, le dessin animé cartonne dans le monde, notamment sur YouTube.

Masha et Michka sont les Russes les plus regardés de la planète, peut-être plus que Poutine. Cette petite fille espiègle et son ami l’ours bourru au bon cœur sont les héros d’une success-story : le dessin animé Masha et Michka, créé dans un petit studio moscovite, est traduit dans 25 langues et diffusé dans une centaine de pays. Dont la France, où le turbulent duo a débarqué dans les salles de cinéma au début de l’année. Avec plus de 2 milliards de vues sur YouTube, le 17e épisode est la cinquième vidéo la plus regardée de l’histoire du site. Coincé entre deux barres d’immeubles en périphérie de Moscou, le bâtiment ne paie pas de mine. Dans ce petit bureau gris, celui du studio Animaccord, sont intégralement conçus les nouveaux épisodes du dessin animé à succès. Un studio à l’histoire aussi particulière que son modèle économique. Les deux héros sont nés d’un mélange entre un célèbre conte russe, mettant en scène une petite fille et un ours, et l’imagination d’un dessinateur de dessins animés soviétiques, Oleg Kuzovkov.

Marketing

«Dans les années 90, Oleg travaillait au studio Pilote à Moscou avec des réalisateurs de dessins animés soviétiques connus. Il avait ce projet en tête d’une histoire avec une petite fille et un ours en 3D. Mais c’était un projet techniquement compliqué pour l’animation russe de l’époque», raconte Dmitriy Loveyko, directeur adjoint du studio. A la chute de l’URSS, Kuzovkov part aux États-Unis pour y développer son projet. Il y crée un studio mais, malgré son expérience et sa réputation, l’affaire ne prend pas.

C’est au début des années 2000, de retour à Moscou, qu’il trouve l’argent qui lui permettra de donner naissance à son bébé. «Nous avons également un bureau à Miami. Tous nos scénarios sont écrits là-bas», explique une dessinatrice du studio. Le projet lancé, il faudra encore attendre jusqu’en 2009 pour voir l’ours et la petite fille commencer à conquérir le monde.

Faire aimer ces personnages des enfants russes, rien de plus facile. Un ours, ancienne star de son cirque, une petite fille coiffée d’un foulard traditionnel russe – ce qui lui vaut de connaître un succès grandissant dans les pays arabes à la grande surprise du studio moscovite -, les références à la culture russe sont omniprésentes. Pour percer à l’étranger, le studio a dû mettre ses responsables marketing à contribution. Il a d’abord fallu charmer les jurys des festivals d’animation du monde entier. «Le but n’était pas de se montrer au public, mais de se créer un public, un monde Masha et Michka. Nous avons créé un spin-off [histoire secondaire, dérivée de la série, ndlr], des chansons, des karaokés, des autocollants…» La marque est née. Le studio se fait alors remarquer par les chaînes de télévision internationales, la France en première ligne avec France Télévisions et Canal + qui deviennent leurs diffuseurs officiels. «Notre public était alors prêt à voir se matérialiser Masha à travers nos produits dérivés», raconte le directeur adjoint. «Ils représentent aujourd’hui de 65 % à 70 % de nos recettes», ajoute Oksana Sheveleva, chargée de la gestion de la licence en Europe. Impossible d’en savoir plus sur le chiffre d’affaires, la communication est très maîtrisée : officiellement, le studio ne vend que du rêve. Mais la série connaît aussi un succès sur Internet où les nouveaux épisodes sont diffusés gratuitement. «Quand les majors luttent contre le piratage, nous, nous créons des partenariats avec les pirates car ils contribuent à la diffusion de notre marque», explique Dmitriy Loveyko. Poussés par certains fans à se lancer dans un long métrage, l’équipe est unanime : «C’est impossible, trop cher, il nous faudrait un nouveau studio, de nouvelles équipes, nous ne sommes pas Hollywood.»

Insensible

L’équipe a dû aussi parfois défendre sa création. Des médias américains ont un temps cru trouver de la propagande russe dans ce cartoon. «Nous faisons partie des rares studios russes à ne pas recevoir d’argent du ministère de la Culture», balaie Loveyko. Mais les parents s’interrogent aussi : serait-il possible que leurs enfants se mettent à imiter cette petite fille capricieuse et surexcitée qui passe sa vie à s’acharner sur son ami l’ours, figure parentale du dessin animé ? C’est l’avis de Lidia Matveeva, professeure de psychologie à l’Université Lomonosov, diffusé dans l’édition russe de Psychologie Magazine : «Consciemment ou non, les auteurs ont créé un personnage dépouillé de sa capacité d’aimer, sans capacité de compassion et de tendresse. Masha devrait pouvoir sentir la douleur de l’autre comme étant la sienne, ce qui n’est pas son cas.» Dmitriy Loveyko admet : «C’est vrai que Masha a un caractère infantile, mais en même temps très contemporain. Elle paraît hyperactive et égoïste, mais au fond, c’est un personnage très généreux.»

Depuis Moscou, Paul GOGO

À Moscou, l’opposant Navalny fait le plein

Plus de 1 000 manifestants ont été arrêtés, hier, rien que dans la capitale russe. Alexis Navalny, figure de l’opposition à Poutine et organisateur du défilé contre la corruption, a été arrêté.

DSC_4687

Les moscovites se sont rassemblés par milliers sur l’avenue Tverskaïa dimanche, artère menant au Kremlin, à l’appel de l’opposant à Vladimir Poutine et candidat à la présidentielle russe, Alexeï Navalny. « Il a menti, il a volé, il est temps de partir » était-il écrit sur de nombreuses pancartes, à l’attention du premier ministre Dmitri Medvedev. C’est la première fois depuis 2012 qu’un rassemblement rassemblait autant de monde, à Moscou comme en région où des dizaines de manifestations ont eu lieu, se soldant souvent par des arrestations. « Nous allons nous faire arrêter, mais descendez dans la rue » a lancé Navalny à quelques heures de la manifestation. Cela n’a pas raté. L’opposant a été arrêté avant même d’avoir atteint le rassemblement et son bureau a été perquisitionné par la police dans les heures qui ont suivi. Au total, plus de 1 000 personnes ont été arrêtées dimanche, dont une centaine ayant réussi à atteindre les murs du Kremlin.

Des centaines de chaussures

DSC_4787

Voir une vidéo de l’arrestation d’Alexeï Navalny. Filmé par Paul Gogo pour Ouest-France.

Tout a commencé avec une paire de chaussure. Des chaussures achetées par le premier ministre sous un nom d’emprunt, point de départ d’une longue enquête vue par plus de 10 millions de personnes, dans laquelle Navalny décrit un impressionnant système de corruption mis en place. C’est à ces mots, « stop à la corruption », « Medvedev dehors », « Il doit rendre l’argent » et souvent équipés de paires de chaussures, que les moscovites se sont rassemblés dimanche. La manifestation interdite par les autorités, des policiers anti-émeutes par centaines, renforcés par des membres de la garde-nationale ont bouclé le centre-ville de Moscou, survolé par un hélicoptère. Les forces de l’ordre ont laissé se dérouler la manifestation mais la police a multiplié les arrestations afin d’empêcher d’éventuelles occupations de places et de rues. Si les revendications étaient majoritairement dirigés vers le premier ministre, à un an de la présidentielle russe, cette manifestation constitue une bulle d’air pour l’opposition russe dont de nombreux slogans s’en sont également pris au président russe, Vladimir Poutine.

Paul GOGO

À Moscou, Marine Le Pen s’offre Vladimir Poutine

Reportage pour Ouest-France

18191369_10211824243982780_2142692133_n
La presse attend Marine Le Pen à la Douma.

A peine était-elle de retour du Tchad que Marine Le Pen s’est envolée vers Moscou pour rencontrer le président russe, Vladimir Poutine. Nul ne sait à quel moment s’est organisée cette rencontre que la candidate à la présidentielle espérait depuis plusieurs mois mais cette réussite représente incontestablement une victoire diplomatique. Sa visite gardée secrète par son entourage a été dévoilée par Leonid Sloutski, président de la commission des affaires étrangère de la Douma, le parlement russe. C’est cet homme politique qui a invité Marine Le Pen à Moscou. Connu pour avoir financé les voyages de députés français en Crimée, il a poussé les journalistes russes à se demander si Marine Le Pen n’était pas venue chercher des financements de campagne à Moscou. Au delà de ses rendez-vous publics, la candidate avait prévu un certain nombre de rendez-vous privés. La question est restée sur la table lorsque la rencontre entre Marine Le Pen et Vladimir Poutine s’est officialisée après que la représentante du FN se soit discrètement éclipsée du parlement.

Écouter intervention à mi-journée pour Europe 1

« Le monde de Poutine »

« Les médias russes sont confus, les banques russes vont-elles financer sa campagne ou non ? » s’est demandé le Moscow Times suite à cette rencontre. Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov a affirmé que la question n’avait pas été discutée. Mais Vladimir Poutine a tenu à glisser ce message : « La Russie n’a pas l’intention d’interférer dans les élections françaises« . Sur le fond, Marine Le Pen a réaffirmé devant les députés russes sa volonté de supprimer les sanctions à l’égard de la Russie et de reconnaître la Crimée. Devant le président russe, c’est une proposition de coopération entre les services de renseignement que la candidate est venue défendre. Puis d’aborder la question de la situation des Chrétiens d’Orient. « Vladimir Poutine a émergé un nouveau monde, le monde de Poutine, de Modi en Inde, de Trump aux USA. Je pense que je suis celle qui partage une vision de coopération et non de soumission en France » a déclaré la candidate avant de quitter Moscou.

Paul GOGO

En Russie, les enfants trisomiques trop souvent abandonnés

La fondation moscovite « Downside up » aide les enfants trisomiques à trouver leur place dans une Russie peu concernée par la question.

Reportage par Alexandra DALSBAEK et Paul GOGO

« Ça a été difficile lorsque j’ai appris que mon enfant, Denis, était trisomique. Je ne l’ai appris que lorsqu’il avait trois ans » raconte Elena Kortava, 43 ans. Pour Elena et son mari, une déprime et un sentiment de solitude ont ensuite pris le dessus, « c’était très difficile psychologiquement, on a beaucoup de proches et d’amis qui se sont éloignés, ils nous ont rejeté ». En octobre, la famille a trouvé conseil auprès de la fondation moscovite d’aide aux familles touchées par le syndrome de Down (trisomie 21), « Downside Up« .

Les enfants souvent abandonnés

Durant l’époque soviétique, les enfants handicapés étaient abandonnés puis cachés dans des orphelinats. La situation a nettement évolué depuis. Mais les enfants nés atteints du syndrome de Down sont encore trop souvent déposés à l’orphelinat. « D’après les informations qui remontent de nos centres partenaires en région, nous estimons qu’en Russie, environ 50% des enfants trisomiques sont encore abandonnés à la naissance » explique Tatiana Nechaeva, directrice de la fondation. Parfois, ce sont même encore les médecins qui poussent à l’avortement ou à l’abandon. « Le problème se trouve au niveau de l’état, c’est à nous de leur faire prendre conscience de la situation. Dans la région d’Ekaterinbourg, les élus locaux ont décidé de soutenir les associations d’aide aux familles. Le nombre d’enfants trisomiques abandonnés ne s’y porte plus qu’à 3% » assure la responsable.

Une situation qui s’améliore

DSC_4583

C’est pour éviter ces abandons que la fondation apporte aide et conseils auprès des familles concernées par la trisomie. Aujourd’hui, Elena est soulagée : « si vous m’aviez rencontrée plus tôt, je ne souriais pas autant! Ici, je rencontre un psychologue, mon fils passe du temps avec des professionnels qui l’aident à se développer. Je rencontre des parents dans ma situation, ils m’ont fait comprendre que les enfants trisomiques sont merveilleux ».

Lors de la scolarisation des enfants, c’est souvent la fondation et non l’état qui se charge de former les spécialistes, professeurs et orthophonistes. Mais Tatiana Nechaeva l’assure, la situation tend à s’améliorer en Russie : « Le pays manque d’une infrastructure pour accompagner les enfants trisomiques tout au long de leur vie. Mais des écoles et universités commencent à s’emparer du sujet et il y a de plus en plus de spécialistes en région, c’est plutôt positif. »

Paul GOGO

Ouest-France : « Exposition. Le Kremlin, ce musée méconnu »

À Moscou, le célèbre Kremlin n’abrite pas que le bureau du président russe. C’est le troisième lieu le plus visité de Russie ! à retrouver sur Ouest-France.fr

DSC_4524.JPG

Dans l’enceinte du Kremlin, pouvoir, histoire et religion sont logés à la même enseigne. Ce quartier de 28 ha, protégé d’une muraille rouge, est composé de dix-sept églises, cathédrales et palais, marqueurs de l’histoire russe et de la religion orthodoxe. Le Kremlin demeure un lieu de visite incontournable pour les touristes de passage. Avec plus de deux millions de visiteurs par an, il est le troisième lieu le plus visité de Russie, après le fameux Ermitage et le musée d’histoire de Saint-Pétersbourg.

N’importe qui peut entrer dans cette enceinte légendaire, sous réserve de montrer patte blanche. Certains de ces bâtiments hébergent le Sénat russe, le palais présidentiel, les services de sécurité du Président… Si les visiteurs ont la possibilité de se promener librement dans certaines allées du Kremlin, de nombreux policiers veillent à ce que personne n’approche des bâtiments officiels.

Toujours dans l’enceinte du Kremlin, se trouve le palais des armures. On retrouve, présentés dans les neuf salles de ce grand bâtiment jaune et blanc surplombant le fleuve Moskova, des siècles de trésors accumulés par les princes et tsars russes : or, pierres précieuses, œufs de Fabergé, trônes, carrosses…

Sanctuaire de 1508

À quelques pas, la cathédrale de l’Archange-Saint-Michel est le second lieu incontournable du Kremlin. Il s’agit du plus ancien sanctuaire de Russie, construit en 1508. L’armée russe y a longtemps célébré ses victoires. On y retrouve quarante-six tombes de princes et tsars russes.

Parmi les édifices ouverts au public, il y a le palais du patriarche, étrange lieu dont l’intérieur ressemble à une église. Construit en 1655, en l’honneur du patriarche Nikon, il renferme une collection d’objets religieux, mobilier, vaisselle et joaillerie du XVIIe siècle. Et notamment un ensemble impressionnant : un poêle destiné à la confection des huiles saintes.

Depuis le début du mois, l’exposition permanente dédiée à la religion orthodoxe est complétée d’une exposition temporaire inédite. Pour la première fois, des objets vieux de plus de 800 ans, de l’époque de Louis IX, ont été sortis de France pour être exposés au Kremlin, dont une couronne reliquaire, un évangile et des vitraux de la Sainte-Chapelle de Paris transportés en avion.

D’après Philippe Bélaval, président du centre des monuments nationaux, «ces objets montrent que le Moyen Âge a également eu une période d’excellence en matière d’architecture et d’art. Voir des objets de la Sainte-Chapelle au Kremlin, c’est un symbole fort.»

Paul Gogo

 

La chambre de Vladimir Illitch Ulyanov

DSC_3603.JPG
La gare de Finlande à Saint-Pétersbourg. C’est de cette gare que Vladimir Lénine revenait de Finlande. On y trouve la dernière statue de Lénine de la ville sur le parvis.

Il y a 100 ans, le 23 février 1917 (8 mars de notre calendrier actuel), jour de la journée de la femme, des ouvrières prenaient les rues de Petrograd, le Saint-Pétersbourg alors capitale de l’empire russe, pour réclamer « du pain et du travail ». Quelques mois plus tard, Lénine de retour d’Europe allait définitivement enterrer les Romanov et mettre les bolcheviks au pouvoir. Si le dénouement de cette révolution a eu lieu en 1917, le personnage Lénine s’est, lui, construit quinze ans plus tôt dans la banlieue de cette même ville, Saint-Pétersbourg.

La chambre de Vladimir Illitch Ulyanov

L’appartement est situé ruelle Bolchoï Kazachy, à quelques pas de la Fontanka, l’un des nombreux canaux de Saint-Pétersbourg. Au numéro 7, il faut entrer dans la cour et monter au deuxième étage. Pour sonner au numéro 13, il faut encore tirer sur une poignée en bronze pour secouer la cloche accrochée dans l’appartement au dessus de la porte.

dsc_3561

Vladimir Ulyanov (Lénine) y a vécu en 1984. « Il en payait 10 anciens roubles par mois pour y vivre » raconte Bogdana, jeune guide au musée du vieux Saint-Pétersbourg, petit musée installé dans un appartement du rez-de-chaussée. « Cet appartement construit en 1825 appartenait à un couple de bourgeois estoniens, les Bodes. Ils occupaient deux chambres, en louaient une à Ulyanov. Charlotte Bodes considérait par contre que la cuisine appartenait à la femme, Lénine avait interdiction d’y accéder ».

À l’époque, Vladimir Ulyanov, jeune avocat de 24 ans, passait d’appartements en appartements pour ne pas trop attirer l’attention des autorités. Le numéro 13 est sa cinquième chambre pétersbourgeoise.

Nous sommes le 12 février 1894, voilà donc Vladimir Ulyanov installé dans cette petite chambre. Un lit, un poêle, un bureau et des lampes à huile qui enfument l’appartement : « Ulyanov devait garder les fenêtres ouvertes en permanence pour ne pas étouffer car les plafonds sont bas. Dès son arrivée, il attrapera une pneumonie, poussant sa mère à le rejoindre pour l’aider à se soigner ». Ces petits appartements que l’on retrouvait en périphérie de Petrograd n’avaient rien des grands appartements bourgeois du centre-ville de l’époque, les intellectuels aimaient s’y retrouver pour boire, discuter, lire et jouer aux échecs…

C’est d’ailleurs ce que faisait Vladimir Ulyanov lorsqu’il ne travaillait pas. Il accueillait ses amis dans sa chambre, ils déplaçaient les meubles et discutaient de leurs théories marxistes en prenant bien soin à ce que le propriétaire n’y prenne pas part. « Ulyanov n’avait parfois même pas de quoi offrir à boire et à manger à ses invités, en payant son loyer, ses hôtes s’engageait à lui offrir deux thés et deux morceaux de pain par jour, rien de plus » raconte Bogdana.

« Le matin, il se levait vers 7h, mangeait un morceau de pain, buvait un thé et il lisait, beaucoup. Il travaillait, allait à la librairie, ses amis lui amenaient parfois de la nourriture. Nombre d’entre-eux venaient de l’institut technologique, désormais situé à une station de métro de l’appartement. À l’époque, c’était là-bas que l’on trouvait les mouvements marxistes les plus importants.

dsc_3557

Maria

De retour d’un voyage en Europe, Vladimir Ulyanov multiplie les lectures qui fonderont son idéologie, notamment le Manifeste de Marx et Engels qu’il ramènera dans le double fond d’une valise. C’est à ce moment qu’il commencera à écrire et à intégrer les différents groupes marxistes de la ville. Il comprendra d’ailleurs très rapidement la nécessite d’unir ces différents groupes de pensée pour arriver à ses fins, la révolution et le renversement du régime impérial. Ulyanov comprend également que la révolution doit aussi venir des campagnes, la révolution doit se faire avec eux, « il faut cultiver les gens, il faut faire la révolution avec eux » affirmait-il dans ses premiers écrits. C’est à ce moment que Vladimir Illitch Ulyanov rencontre Nadejda Kroupskaïa, professeure, sa future épouse.

À Saint-Pétersbourg, les femmes représentaient un lien entre les travailleurs et les révolutionnaires de l’université. Kroupskaïa était bien placée pour le savoir. Elle donnait des cours du soir aux ouvrières pour leur apprendre à lire et à écrire et en profitait au passage pour parler marxisme. Des mouvements de protestation étaient en cours en 1894, les ouvriers écrivaient leurs plaintes sur des papiers qu’ils donnaient à leurs femmes et Nadejda en faisait part dans les discussions à l’université.

Ulyanov part alors passer un mois en Suisse, à Genève, à la rencontre des bolcheviks Suisses. Il y reviendra quelques années avant la révolution en exil, pendant sept ans.

dsc_3556

Le 25 avril 1895, Vladimir Lénine est arrêté au coin de la rue, accusé avec quarante autres militants de rébellion. Il ne reviendra plus au numéro 7 de la rue Bolchoï Kazachy.

Paul Gogo