Reportage à Shies, la « ZAD » russe

à 1200 km de Moscou, des russes vivent depuis un an dans un camp de fortune. Ils veulent empêcher la construction d’une décharge en pleine taïga.

DSC_7146

« Ici, on trouve du pétrole, du gaz, de l’or, du bois, on fait la richesse de Moscou et eux ils nous renvoient leurs déchets » s’emporte Anton, 33 ans, perché sur un tas de cailloux avec vue sur le chantier contesté de Shies, village abandonné situé à 1200 km au nord de Moscou. En novembre 2018, des chasseurs découvrent par hasard l’existence de ce projet réalisé par le gouverneur de la région d’Arkhangelsk, financé par la mairie de Moscou. La population locale se mobilise instantanément. D’après l’institut de sondage Levada, 95% des russes de la région s’opposent au projet.

Depuis deux ans, la mairie de Moscou fait face à un dilemme sans précèdent. La quasi totalité des décharges de ses banlieues sont pleines à craquer. La grogne monte et franchit un nouveau pallier le 21 mars 2018 lorsque 41 enfants sont hospitalisés intoxiqués par des gaz issus de la décharge de Volokolamsk (130km de Moscou). Le président russe s’empare alors du sujet en direct à la télévision. Une « solution » a été trouvée : Envoyer les déchets le plus loin possible de la capitale. L’idée de construire une décharge à la frontière de la République des Komis, aux confins de la région d’Arkhangelsk naît alors en coulisse. Si le projet se réalise, les moscovites enverront plus de 500 000 tonnes de déchets par an en pleine taïga, soit quatre trains par jour.

Projet gelé

DSC_7020

« Il fallait être sacrément idiot pour imaginer ce projet » s’emporte Nikolaï, 49 ans qui vient régulièrement passer quelques jours sur le camp des opposants. « La décharge polluera nos fleuves et la mer jusqu’à la mer de Barents. C’est aussi oublier que les gens d’ici sont liés à leur terre, ils l’ont toujours défendue, c’est celle de nos ancêtres et de nos petits-enfants » explique cet employé dans une usine à papier. Affublé d’un manteau chaud couleur treillis, mal rasé, le visage marqué, il tente de se réchauffer auprès d’un samovar. Cet hiver, la température pourra descendre en dessous des -30°. Pour l’instant, tous vivent les pieds dans la boue.

Le chantier est à l’arrêt depuis plusieurs mois, bloqué par les militants puis gelé par le président russe. Une quinzaine de personnes, souvent plus, vivent au quotidien devant l’entrée du chantier. Ils se relayent jour et nuit sur les talus qui surplombent la gare et la piste des hélicoptères. « Nos postes construits dans les bois bloquent leur approvisionnement en carburant, ils ne peuvent s’approvisionner que par hélicoptère » explique Anton en s’appuyant sur un gros fauteuil posé en haut de son terril. Résultat, il n’y a plus d’ouvriers, seulement quelques policiers et vigiles présents sur le site.

Risque d’incendie

DSC_7044.JPG

Il faut rouler plusieurs heures depuis la capitale de la République des Komis, Syktyvkar, traverser un fleuve et emprunter une voie de service du géant pétrogazier Gazprom en voiture accréditée pour accéder au chantier. Les deux derniers kilomètres se font à pied dans la boue. Des employés de l’entreprise d’État transportent les opposants et soutiennent le mouvement. Car ce chantier réalisé au milieu de nulle-part s’avère plus dangereux qu’il n’en a l’air. Sept gazoducs passent à proximité, ils relient le Grand Nord aux gazoducs « Nord Stream » qui fournissent l’Europe en gaz. Les risques d’explosion, du déjà-vu, sont nombreux. D’autant plus que ce chantier est réalisé au milieu des bois, sur de la tourbe, inflammable.

Une tente puis deux et désormais ce sont une cuisine, une cantine, des dortoirs et un feu pour le samovar qui ont été installés sur le camp, malgré l’interdiction et les contraventions des autorités. « On est fatigués mais on ne lâchera rien » lance Lioudmila, infirmière retraitée. « Ils ont bien tenté de nous acheter en finançant des chantiers dans les villes de la région mais on n’oublie pas cette expression soviétique : « On ne trouve le fromage que dans les pièges à souris ».

DSC_7200

Petit à petit, la communauté s’agrandit et fait face à la grogne des autorités. Les forces de l’ordre ont tenté d’intervenir, en vain, puis des poursuites judiciaires sont apparues. Désormais, la police s’appuie sur des vigiles cagoulés présents sur place. En mai dernier, 11 militants ont fini à l’hôpital suite à une bagarre générale entre agents de sécurité et opposants. « La police ne peut tout simplement pas intervenir en masse. Même s’ils faisaient arrêter un train au niveau du chantier, il serait impossible de loger, nourrir ces hommes » explique Elena Solovieva, journaliste indépendante qui couvre le conflit. Aidés par des politiciens locaux, les militants ont installé des paraboles et le wifi. En cas d’intervention des autorités, des centaines de personnes sont prêtes à gonfler les rangs des manifestants en quelques heures.

Sur le camp, drapeaux communiste et nationaliste se côtoient au milieu de ceux des paras, des écologistes… « Certains supportent Poutine, la majorité non. Nous ne parlons pas de politique si ce n’est du fonctionnement de notre communauté » explique Vladimir, 67 ans, ingénieur en automatisation dans une usine à papier. « Je ne faisais pas de politique mais nous n’avons plus le choix, c’est une question de dignité. Au début, en Russie on était euphoriques avec notre grande armée, mais on a vite compris que rien ne bougeait. On est finalement nombreux à être déçus par la politique de Poutine. On comprend que ça fait longtemps que le pouvoir s’est éloigné des gens, le royaume de Moscou ne peut pas comprendre qui nous sommes ». Elena Solovieva s’est penchée sur ce laboratoire démocratique. « Les gens en ont marre de l’absence de démocratie en Russie. Les manifestants se sont créés une expérience politique, ils ont réussi à faire en sorte que Vladimir Poutine parle de Shies. Puis ils ont créé leur communauté avec leurs règles. Ils veulent que la relation entre les gens, les régions et le pouvoir change, parlent d’un génocide des régions du nord. Certains messages minoritaires mais symboliques apparaissent. Ces messages demandent la démission du président ou parlent de séparatisme en République des Komis… La fracture est visible ».

Paul GOGO

Publicités

à Moscou, il se bat seul contre le réchauffement climatique

Arshak Makichyan a souhaité rejoindre la jeune suédoise Greta Thunberg dans son combat contre le réchauffement climatique. Mais protester n’est pas chose aisée en Russie, cet étudiant manifeste tous les semaines seul.

DSC_5217

« C’est difficile mais je serai là tous les vendredis » assure Arshak Makichyan, 24 ans, étudiant violoniste au conservatoire de Moscou. Tous les vendredis depuis 9 semaines, il se plante devant la statue d’Alexandre Pouchkine dans le centre de Moscou avec une pancarte appelant à agir contre les changements climatiques. « Le réchauffement climatique c’est la famine, la guerre, la mort » est-il écrit sur son panneau. Un message plutôt neutre, mais qui suffit à agacer certains passants. « Quelqu’un vient tout juste de m’expliquer que le réchauffement climatique est une invention des scientifiques » s’amuse-t-il. Arshak manifeste seul, la police le contrôle, des passants le photographient ou tentent parfois de le provoquer. Les « piquets solitaires » sont les seules protestations tolérées par les autorités sans autorisations préalables en Russie. « Je demande à mes amis de ne pas manifester avec moi, de le faire sur internet ou dans d’autres quartiers. A deux sur cette place, la police nous embarquerait ». Le jeune violoniste a longtemps hésité avant de manifester. Il a observé les rassemblements de l’opposition russe et leurs conséquences, « des jeunes exclus de leurs écoles, emprisonnés ou frappés dans les commissariats pour s’être opposés à Poutine ». Sa plus grande peur : se faire arrêter et casser un bras par la police à deux mois de son examen final de violon.

Climato-scepticisme

C’est encouragé par Greta Thunberg et motivé par la participation à sa première manifestation écologiste en mars dernier qu’il s’est lancé dans ses « piquets solitaires », régulièrement félicité par la jeune suédoise en personne via les réseaux sociaux. « Cela fait longtemps que j’essaie de changer mes habitudes. Je milite pour l’interdiction du plastique, la création d’un système de recyclage des déchets à Moscou… J’ai honte de voir les moscovites, riches, consommer autant alors que le reste de la Russie est inondé par nos déchets » explique-t-il.

Depuis mars 2018, de nombreuses villes de la banlieue de Moscou réclament la fermeture de décharges. En réponse, les autorités ont multiplié les arrestations dans la population puis décidé d’envoyer une partie des déchets de la capitale de 12 millions d’habitants dans la région d’Arkhangelsk (1000 km au nord de Moscou). Seul 4% des déchets sont recyclés en Russie contre plus de 80% en Belgique.

Avenir inquiétant

En septembre dernier, le ministère de l’écologie russe s’inquiétait dans un rapport des conséquences du réchauffement climatique sur le territoire russe. Le réchauffement climatique est deux fois plus important en Russie que dans la plupart des autres pays du monde, le nombre de décès liés à des catastrophes environnementales aurait été multiplié par onze en Russie entre 2016 et 2017. Toujours d’après ce rapport, Moscou pourrait subir d’importantes vagues de chaleur dans les années à venir, les régions pourraient subir une contamination de leur eau du robinet tandis que les déraillements de train pourraient se multiplier à cause de la déformation des rails dans le sud de la Russie. Le rapport alerte également sur la fonte du permafrost (sol gelé toute l’année) dans l’Arctique, qui pourrait mener à la dispersion de substances chimiques, biologiques et radioactives dans l’air et sur le risque d’incendies de grande ampleur dans les forêts de Sibérie…

Vladimir Poutine écolo ?

Il n’est pas évident de parler écologie en Russie, le sujet n’est quasiment jamais abordé dans la presse russe. « C’est un peu comme à l’époque, quand la presse soviétique nous cachait la catastrophe de Tchernobyl » ironise Arshak. Il en est convaincu, « la majorité des russes sont climato-sceptiques ». Il faut dire que les voix politiques manquent de clarté. Le président russe alterne régulièrement discours écologistes et climato-sceptiques. En mars 2017, Vladimir Poutine assurait que les changements climatiques n’étaient pas liés aux actions de l’humain. En mars dernier, il affirmait lors d’un forum sur l’Arctique que la priorité de la Russie, présidente du conseil de l’Arctique en 2021 serait de « promouvoir les technologies de protection de l’environnement ».

« Il adapte son discours, ça ne l’empêche pas d’exploiter toujours plus de gaz dans l’Arctique » dénonce le violoniste. Prochaine étape pour le jeune activiste : « Organiser une grande manifestation pour le climat, autorisée par les autorités, à Moscou. On sera sûrement mis au fond d’un parc mais cette fois-ci les jeunes n’auront pas peur de participer » espère-t-il.

Paul GOGO

RFI. Russie: des Chinois veulent mettre l’eau du lac Baïkal en bouteilles

En Russie, une entreprise chinoise souhaite mettre l’eau du lac Baïkal en bouteille pour la commercialiser en Chine. Sur place, la population ne l’entend pas de cette oreille.

Quel est donc ce projet qui fait polémique en Russie ?

Il s’agit de la construction d’une usine chinoise sur les rives du lac Baïkal avec pour objectif de commercialiser l’eau pompée en Chine. Le lac Baïkal c’est 20% de l’eau douce mondiale, c’est aussi une réserve naturelle inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco. De nombreux russes craignent une catastrophe écologique.

Comment les opposants au projet se font-ils entendre?

Ils sont plus d’un million de russes, des opposants, des écologistes mais aussi des locaux, a avoir signé une pétition en ligne. C’est cette pétition qui ne cesse de grossir qui a semble-t-il fait réagir les autorités.

Ont-ils des chances d’être entendus ?

Il semble en effet que les autorités soient ouvertes à la discussion. Le chantier a d’ores et déjà été interrompu par un tribunal et le gouverneur de la région d’Irkoutsk, a, disons le ainsi, retourné sa veste. Il a autorisé les chinois a lancer le chantier avec un statut prioritaire en 2017. Mais il estime désormais que le site se trouve dans une zone protégée dans laquelle il ne sera pas possible de mettre de l’eau en bouteille.

Et quelle est la réaction de ces entrepreneurs chinois ?

C’est leur représentant en Russie, Alexeï Azarov qui s’est exprimé au nom de l’entreprise AkvaSib. Il estime que le pompage n’impactera pas le volume d’eau du Baïkal et rappelle que ce projet à 19 millions d’euros prévoit la création de 150 emplois.

Mais rien qui ne suffise à convaincre les locaux si je comprends bien…

Non, car les investisseurs chinois sont connus comme le loup blanc en Russie, et particulièrement en Sibérie. La Russie se montre ouverte aux investissements chinois mais subit parfois les inconvénients de ces investissements massifs. En Sibérie les habitants se plaignent régulièrement de voir des entrepreneurs chinois construire des hôtels sur les rives du lac sans aucune autorisation quand eux se font refuser les leurs. Ils ont donc la sensation que l’essor du tourisme dans la région ne leur profite pas.

Sans compter que la situation écologique du Baïkal est réellement compliquée. Et ça, les russes en ont visiblement plus conscience que les chinois.

C’est à dire ?

Ce lac a 25 millions d’années. Mais il n’a jamais été aussi menacé. Les espèces sensibles disparaissent unes à unes, le lac est envahi par des algues vertes dues à la pollution des villes voisines. L’augmentation en flèche du tourisme dans la région n’arrange rien à la situation.

Et qu’est-ce que ce projet d’exploitation du Baïkal va devenir ?

On a déjà vu des projets chinois avortés pour des considérations écologiques en Russie. Pour le moment, les autorités russes temporisent et prévoient de vérifier que le projet respecte bien les normes environnementales de la région avant de donner leur avis définitif.

Ukraine. L’écologie à l’épreuve de la guerre

Le Président ukrainien a désigné la semaine dernière la guerre comme responsable de la catastrophe écologique du Donbass. Mais c’est pourtant l’absence d’une vraie politique écologique qui semble le plus menacer le pays.

DSC_3874.JPG

Cela fonctionne dans tous les domaines en Ukraine, aux grands maux s’appliquent des initiatives personnelles qui, elles-mêmes, se confrontent à l’inexistence d’une politique précise dans le domaine concerné. En ce sens, en Ukraine, il n’y a pas de meilleur exemple que l’écologie, notion presque inexistante dans le monde politique, mais belle et bien présente dans la société civile.
Difficile d’y parler écologie et la guerre n’arrange rien même si elle ne fait que détériorer une situation déjà catastrophique. C’est pourtant derrière la guerre du Donbass que le président ukrainien Petro Porochenko s’est abrité en ouverture de la Cop 21 pour expliquer la situation de son pays. « Les terroristes russes ont inondé de nombreuses mines, ce qui a empoisonné l’eau potable et le sol. L’atmosphère a été gravement polluée par l’utilisation d’armes lourdes. La question de la protection de l’environnement dans un contexte de conflit ne peut plus rester sans réponse adéquate de la communauté internationale » a-t-il déclaré. Pourtant, la Russie n’y est pas pour grand chose dans la triste situation écologique de cette zone.
Le Donbass, centre du conflit qui oppose combattants prorusses, armée russe et armée ukrainienne a toujours été le cœur industriel de l’Ukraine grâce à ses mines et usines métallurgiques. Sans compter Tchernobyl dont le sol est contaminé pour encore quelques dizaines d’années, cette région est sans conteste celle la plus polluée du pays. En 2012, voyant sa ville envahie par les fumées toxiques des hauts-fourneaux, Maxime Borodin, habitant de Marioupol (Est de l’Ukraine), a décidé de lancer un mouvement de protestation à destination des oligarques de la région. Ses rassemblements seront les plus importants jamais réalisés à Marioupol. Il sera entendu par les responsables de ces usines. Depuis, les industriels veillent à financer régulièrement de nouvelles cheminées permettant de libérer des fumées moins toxiques. Une des rares avancées en matière d’écologie, une nouvelle fois à l’initiative de la population.

Il ne faut pas pour autant nier les conséquences catastrophiques de la guerre sur l’écologie du Donbass. « Il faudra des années pour faire disparaître les conséquences écologiques de la guerre. Prenons exemple sur la bataille de Savour-Moguila (Est de Donetsk), il y a eu tellement de bombardements que la terre est retournée sur 15km². Des experts ont calculé qu’il faudrait 11 000 camions pour combler les nombreux impacts. Mais cela ne suffirait même pas car les obus ont pollué la terre. Les agriculteurs locaux, pourtant nombreux, seront des années sans pouvoir travailler cette terre » explique Irina Zhdanova, directrice de l’ONG fondation de la politique ouverte, qui souhaite créer les bases d’un mouvement écologique en Ukraine. Parmi les catastrophes du Donbass, il y a également l’usine chimique de Gorlovka située à proximité de l’aéroport de Donetsk, qui a été touchée plusieurs fois par les bombardements. Les deux camps ont régulièrement fait état de fuites dont les conséquences n’ont jamais été déterminées.
Côté politique, l’heure est pour l’instant à l’observation, parce que les Nations Unies le demandent. « Nous essayons d’estimer chaque dépenses en Co2 à l’issue des bombardements, et nous rapportons nos données à l’ONU » explique Vladislav Vezhnin, un représentant du ministère de l’écologie.
Mais de manière générale, la politique écologique est quasiment inexistante en Ukraine. « Nous avons débuté l’écriture d’un document directeur qui nous permettra d’avoir une ligne à suivre. Nous comptons d’ailleurs sur la Cop 21 pour améliorer ce document que nous terminerons en fin d’année ».
L’Ukraine bénéficie pourtant d’un terreau naturel et culturel plutôt favorable à l’écologie, ou du moins au développement intensif d’une agriculture biologique. Car l’Ukraine, ancien grenier de l’URSS, a accueilli une des premières exploitations d’agriculture et d’élevage biologique d’Europe, c’était en 1978. À l’époque, Semion Antoniets, jeune directeur d’un kolkhoze situé dans la région de Poltava, décide de bannir tous les produits chimiques de son exploitation et ce, à une échelle industrielle : une centaine de champs et un cheptel de plus de 5000 bêtes. Cette exploitation « bio » existe toujours, et Semion Antoniets est toujours aux manettes.

DSC_6169.JPG
Un soldat ukrainien dans un champs de l’oblast de Louhansk

« Il faut déjà comprendre que le bio s’impose souvent de facto à la société ukrainienne. Ici, c’est culturel. On a toujours cultivé nos fruits et légumes dans nos jardins. Si vous faites attention, même les jeunes ont encore ce réflexe d’aller acheter leurs fruits, légumes ou poulets aux grands-mères dans les marchés. On apprend à l’école à faire pousser les végétaux, et c’est toujours aussi populaire en Ukraine. Quand vous allez au parlement, les discussions entre députés sont pleines de « chez moi on a les meilleures tomates du pays ». L’agriculture biologique industrielle fait partie de l’avenir du pays » assure Taras Kachka, expert passé par le ministère de l’agriculture et de l’écologie.
« Le problème principal, c’est que nous n’avons pas de représentants politique écologistes charismatiques assure Irina Zhdanova. Il existe un parti « vert » qui n’a aucun députés, ni à la rada (parlement ukrainien), ni en région. Ils n’ont même pas participé aux dernières élections. Chaque parti politique a pour ambition d’atteindre le pouvoir. Or, il n’y a pas vraiment d’idées de ce type dans notre société, ni de soutien populaire, donc sans demandes, pas de propositions. D’autant que dans la plupart des pays d’ex-URSS, les partis politiques sont financés par le business. Il n’y a pour l’instant aucun de nos hommes d’affaire qui ne veuillent s’orienter vers l’écologie. L’objectif doit donc d’aider les gens à se réorienter vers les idées vertes, faire en sorte qu’une partie de la société soit préoccupée par ces questions, ce qui nous aidera à construire une demande et donc une politique qui répondra à cette demande avec peut-être, à l’avenir, un parti politique porté par un leader charismatique ».

Texte et photos : Paul Gogo

Cop 21 : parler écologie en Ukraine

Isabelle Dumont, Ambassadrice de France en Ukraine a lancé le 29 octobre dernier une série d’évènements organisés en Ukraine, liés à la Cop 21. Pas simple de parler d’écologie en Ukraine.

DSC_2963

Marioupol. Photo : Paul Gogo

Un mois avant le début de la 21e conférence des parties de la convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques de 2015 (Cop21), l’ensemble des ambassades françaises sont mobilisées pour communiquer sur l’événement. En Ukraine, l’ambassade organise en novembre, une série de conférences et de tables-rondes en s’appuyant notamment sur l’Institut Français et les alliances françaises.  Qualifié de « priorité de la diplomatie d’influence » par la France, l’événement est timidement reçu en Ukraine. Difficile d’y parler écologie. « Dans les malheurs que nous traversons, la population ne fait pas vraiment attention au changement climatique. La situation économique, sociale et politique du pays est compliquée, mais tout cela s’arrangera. Alors que la situation de la planète, non. C’est pour cela que le ministère ne cesse d’écouter la société et de rencontrer des experts, de s’ouvrir aux projets des ONG. Nous sommes en ce moment en train de travailler à l’écriture d’un document sur la politique climatique que devra tenir l’Ukraine dans les années à venir. La première version contenait 18 pages, la nouvelle en contient 55. Et nous comptons sur la Cop21 pour continuer à améliorer notre document » a expliqué Vladislav Vezhnin, représentant du ministère de l’écologie ukrainien. « Mais pour s’engager dans une vraie bataille écologique, notre pays a vraiment besoin d’un soutien économique » n’a-t-il pas manqué d’ajouter.

Pour le moment, le ministère ne semble pas avoir de grands projets en vue. L’objectif est de continuer l’écriture du fameux document et … « la comptabilisation des émissions Co2 liées aux tirs de missiles le Donbass que nous déclarons régulièrement à l’ONU ».

Organisée dans la bibliothèque de la prestigieuse université Mohyla, la conférence de presse était suivie d’une conférence sur le réchauffement climatique. L’Ambassadrice a ouvert la conférence, le représentant du ministère ukrainien de l’écologie devait en faire autant, mais il a préféré quitter la salle rapidement afin de ne pas y participer…

Paul Gogo