La Libre Belgique. L’embargo russe, une opportunité pour un apprenti fromager belge

DSC_9766.JPG

Il faut rejoindre la ville d’Obninsk située à 100 km au sud de Moscou, puis entrer dans les entrailles d’un centre commercial pour trouver l’atelier de fromage du Belge Philippe Nyssen et du Français Frédéric Piston d’Eaubonne. En août dernier, ces deux entrepreneurs expatriés en Russie ont mis en vente les premiers fromages de leur marque “Grand laitier”. Ils sont aujourd’hui vendus dans plus de 200 points de vente de la région de Moscou. Un chiffre que les deux amis souhaitent désormais décupler. Pour cela, il leur faudra déménager. La construction d’un atelier est prévue, ralentie par l’abandon d’un fonds d’investissements refroidi par les sanctions européennes.Sans l’embargo russe sur les produits laitiers et la viande européenne, cette aventure n’aurait peut-être jamais vu le jour. Tout a commencé en 2014, au lendemain de l’annexion de la Crimée et du début de la guerre du Donbass. L’Union européenne a alors décidé d’instaurer des sanctions économiques à l’encontre de la Russie. Excédé par cette punition, le pays répondra par la mise en place d’un embargo envers certaines de nos viandes et produits laitiers. “Depuis, la Russie s’est lancé le défi de l’autonomie alimentaire et elle est en train d’y arriver”, assure Frédéric Piston d’Eaubonne. D’après Rosstat, le service fédéral des statistiques russes, entre 2014 et 2016, la production de lait a plutôt eu tendance à baisser en Russie, tout comme le nombre de consommateurs, augmentation des prix oblige. Les producteurs russes sont aujourd’hui concurrencés par l’importation de produits laitiers meilleur marché venus de Biélorussie. L’État a décidé de multiplier les aides pour moderniser les étables et renouveler les bêtes de race, afin d’améliorer la qualité des produits locaux. “La Russie est aujourd’hui capable de faire du lait et donc des fromages de qualité. Dans notre région, la région de Kalouga, il existe des projets de création de fermes familiales accompagnées par l’État, les bons produits laitiers ont de l’avenir ici”, assure Frédéric Piston d’Eaubonne.

Devenir incontournable

Les fromagers l’assurent : ce n’est pas la volonté de faire un pied de nez aux sanctions qui les a poussés à se lancer ce défi,“c’est tout simplement de l’opportunisme, assume Philippe Nyssen. Il y a un marché qui s’est ouvert. Pendant des années, nous entendions que la qualité du lait russe n’était pas assez bonne pour y produire du fromage. Cet embargo est l’occasion d’améliorer cette production, tout est une question d’investissement et d’organisation.” Depuis cet été, l’atelier produit quatre fromages au lait de vache : un Saint­ Marcellin, un crottin, des “boutons” et une crème à base de fromage blanc. Sans expérience dans le domaine, le Belge a dû tester ses recettes françaises deux ans durant pour s’adapter au climat russe, avec l’aide d’un professeur de l’école française de l’industrie laitière et d’un maître fromager. “Il nous a fallu créer toute une chaîne de production, orienter les agriculteurs pour qu’ils changent leur façon de travailler, organiser la collecte du lait, apprendre à réguler l’humidité, moins importante en Russie qu’en France”, explique-t-il. Quatre cents litres de lait sont transformés chaque jour, les entrepreneurs espèrent atteindre les 70000 au plus vite et produire une dizaine de fromages différents. “L’objectif : que l’entreprise devienne incontournable si l’embargo sur nos produits européens venait un jour à disparaître.”

Texte et photo, Paul GOGO

Publicités

Les sanctions européennes contre la Russie n’ont que peu d’effets. Et si on changeait de stratégie?

Article publié dans la Libre Belgique du 21 décembre 2017

Trois ans après avoir instauré des sanctions économiques contre Moscou, l’UE pourrait bientôt revoir sa stratégie.

 

L’annonce du Conseil européen la semaine dernière est passée presque inaperçue tant elle est devenue régulière. Les sanctions économiques de l’Union européenne envers la Russie seront reconduites dans les jours qui viennent. Mais depuis 2014, le conflit ukrainien et la mise en place des sanctions, le monde des affaires s’est finalement adapté à la situation. De quoi pousser les diplomates européens à remettre le processus en question. « En réalité les sanctions touchent peu de secteurs de l’économie européenne. Seule une petite fraction de nos exportations vers la Russie est concernée. Ce qui a fait le plus de mal aux échanges commerciaux entre l’Europe et la Russie, c’est la crise économique russe conjuguée à une dévaluation du rouble et la baisse des prix des hydrocarbures », explique Gérard Seghers, conseiller économique et commercial pour les régions de Bruxelles-Capitale et wallonne à l’ambassade de Belgique à Moscou.

Il y a quelques jours, c’est le Premier ministre belge Charles Michel qui s’est positionné sur le sujet : « Les sanctions ne sont pas un but en soi. Elles sont un moyen pour forcer un dialogue. Je suis partisan d’une autre stratégie avec la Russie. Au niveau européen, il faut peut-être choisir une autre approche, avec un dialogue sur d’autres thèmes. Par exemple à propos de nos intérêts économiques, ou l’énergie qui est un défi stratégique crucial », a-t-il affirmé lors des journées diplomatiques de Bruxelles.

Préparer l’après sanctions

Mardi, le ministre de l’Économie français, Bruno Le Maire, est venu « préparer l’après sanctions » à Moscou en incitant les PME françaises à investir en Russie. « Le cadre contraint des sanctions n’empêche pas de développer et de renforcer la coopération économique avec la Russie. Au contraire, nous commençons dès maintenant à préparer notre coopération du futur », a-t-il déclaré, pavant le terrain au président Macron attendu au forum économique de Saint-Pétersbourg, en mai 2018. « Les entrepreneurs belges comprennent aussi qu’implanter partiellement sa PME en Russie peut représenter une façon plus simple d’intégrer le marché russe », explique Gérard Seghers.

Fin janvier, le Premier ministre Charles Michel effectuera sa première visite à Moscou. Dans le petit monde des affaires belge de Russie, on attend beaucoup de ce rendez-vous. « Les sanctions ont évidemment réduit les importations européennes. Il y a aujourd’hui beaucoup de demandes pour le marché de la substitution à l’importation. Avec cette crise, les Russes ont par exemple décidé de développer leur agriculture délaissée depuis les années 1990. Aujourd’hui nous avons des entrepreneurs français et belges qui ont décidé d’aller produire du fromage sur place. C’est ce genre d’initiatives qu’il faut développer », affirme Oleg Prozorov, directeur-général de la chambre de commerce Belgique-Luxembourg de Russie.

Sanctions américaines

En août dernier, le congrès américain a voté l’introduction de nouvelles sanctions extraterritoriales à l’encontre de la Russie, principalement à destination du secteur énergétique. A l’heure où l’Union européenne remet en cause les siennes, cette décision inquiète les chancelleries européennes. « Si elles entrent en application, nous en serons à un stade où nous devrons demander l’autorisation aux USA avant de commercer avec la Russie. Comme s’ils se posaient en gendarme commercial de la planète. C’est un défi lancé à l’Europe, nous devrons répondre, ou nous soumettre », explique une source au sein du ministère de l’Économie française. Oleg Prozorov confirme la préoccupation des entreprises belges. « Les gens s’étaient habitués aux difficultés, l’attente de nouvelles sanctions représente une inquiétude, cela n’envoie pas de bons signaux pour l’avenir. »

Paul Gogo, Correspondant à Moscou