La Libre Belgique. Kaliningrad, le point de corner de la Russie

A une semaine du début de la Coupe du monde, des dizaines d’ouvriers s’employaient encore à verdir les abords du stade Baltiika de Kaliningrad. Le 28 juin, la Belgique y affrontera l’Angleterre dans un stade de 35000 places. La ville de 440 000 habitants, située entre la Pologne et la Lituanie, n’est pas peu fière de faire partie des onze villes sélectionnées par le Kremlin pour accueillir cette compétition internationale. Mais la construction du stade représente un abîme financier terrible pour la région. Son coût : 17,3 milliards de roubles (environ 236 millions d’euros) pour accueillir quatre des soixante quatre matchs de l’événement. Les experts sont formels, cette infrastructure demeurera une épine dans le pied de la région. Le FK Baltika, club local, joue dans la petite cour du football russe, n’attire qu’une moyenne de 4 500 spectateurs par match et n’est soutenu par aucun grand sponsor.
“Le Kremlin a souhaité ce stade, il a envoyé beauc­oup d’argent fédéral et continuera à en envoyer. Notre gouverneur est allé en réclamer à Moscou. Les politiciens locaux voient les choses de cette façon : nous recevons rarement de l’argent de Moscou et lorsque cela arrive, même si c’est pour construire un bâtiment inutile, il faut l’accepter”, explique Vadim Khlebnikov, rédacteur en chef adjoint du média indépendant “Novyi Kaliningrad”.

DSC_2164.JPG

Une décision géopolitique
Mais alors pourquoi imposer la Coupe du monde dans cette région isolée de la Russie ? C’est dans la géopolitique que se trouve la réponse. Dans cette petite enclave de 200 km² qui fut allemande sous le nom de Königsberg, puis rattachée à l’URSS en 1946, la géopolitique s’observe sur le terrain, à l’œil nu. Cette zone est avant tout le symbole de l’armée russe, premier employeur de la région. A une quarantaine de kilomètres de Kaliningrad, au bord de la mer Baltique, vivent des milliers de militaires du fleuron de la marine russe, la Flotte de la Baltique. Sur son site Internet, la Fifa encourage les supporters à visiter cette ville qui fut fermée aux étrangers jusqu’à la chute de l’URSS. Dans cette cité organisée comme une caserne, dont la sécurité est assurée par la police militaire, les soldats sont omniprésents – à la plage, dans les airs, dans les magasins. Mieux vaut avoir son passeport sur soi.

L’importante militarisation de la région de Kaliningrad n’est pas une légende. Les bases militaires sont nombreuses au bord des routes, dans les campagnes. La région héberge une autre fierté de l’armée russe. Une collection de missiles Iskander, chargés de défier les troupes de l’Otan basées en nombre à l’est de la région,au niveau du couloir de Suwalki. Ce couloir stratégique d’une trentaine de kilomètres est le seul territoire qui relie les pays baltes au reste de l’Europe. Il ne faudrait que quelques heures à la Russie pour les isoler en cas de conflit. Un exercice militaire “Saber Strike”, qui implique 18000 soldats de l’Alliance atlantique, a été mené en Pologne et dans les pays baltes jusqu’au 13 juin. Le jour du début de l’exercice, l’édition locale de la “Komsomolskaia Pravda” titrait “L’Otan s’entraîne à envahir Kaliningrad”…

DSC_2143

Tropisme européen
L’omniprésence de l’armée russe n’y fait rien, un air d’ouest semble planer sur cette région.“Je ne suis jamais allée en Russie, à Moscou ou Saint-­Pétersbourg”, explique Julia, employée de 32 ans, pourtant bel et bien russe. “Je me sens russe mais c’est plus agréable d’aller en Europe pendant le week­end ou pour les vacances.” Près de 70% du petit million d’habitants de la région auraient un visa Schengen, bien plus que la moyenne nationale. “Nous sommes nombreux à aller faire du shopping à Gdansk en Pologne, à Berlin ou dans les pays baltes, raconte­-t­elle. Lituanie, Pologne et Allemagne ont un consulat dans le centre­ ville.” De nombreux produits alle­mands sont disponibles dans les supermarchés de Kaliningrad et ce, malgré l’embargo russe contre les produits européens.
Ce tropisme européen se retrouverait également dans la presse locale. “Nous pouvons enquêter et critiquer les gouverneurs sans problème. C’est peut-­être pour cela qu’ils font rarement plus d’un mandat dans la région !”, ironise Khlebnikov. Mais, à la veille de la Coupe du monde, un tour de vis semble avoir été enclenché par les autorités. D’après Reporters sans frontières, le gouverneur Alikhanov a tout fait pour faire disparaître le journal local, critique, “Novye Kolesa”, dont la diffusion a définitivement stoppé en avril. Son rédacteur en chef est emprisonné à Moscou depuis novembre, accusé d’extorsion de fonds. “L’inconvénient de notre situation, c’est que nous subissons plus que les autres les moindres tensions entre la Russie et l’Europe. Ces derniers temps, il est devenu plus compliqué pour nous d’obtenir des visas Schengen via le consulat de Pologne”, explique Vadim Khlebnikov.

DSC_2180

Sous l’œil de Moscou
Le Kremlin semble garder un œil vigilant sur l’état d’esprit des habitants de la région. Il s’inquiéterait d’une influence grandissante de l’Europe et notamment de l’ancien propriétaire des
terres, l’Allemagne, sur Kaliningrad. En 2016, un centre culturel allemand a été fermé par les autorités, qualifié d’agent de l’étranger. En mai dernier, une hôtesse de l’air a été mise à pied pour avoir annoncé un atterrissage à Königsberg. Une inquiétude infondée, selon Khlebnikov. “Il n’y a pas particulièrement de mouvement séparatiste à Kaliningrad, tout le monde se sent russe. Mais le
Kremlin a compris que nous n’adhérions pas à la propagande antieuropéenne des médias d’État. La raison est simple. Nous vivons en Europe.”
Texte et photos; Paul GOGO

La Libre Belgique. L’embargo russe, une opportunité pour un apprenti fromager belge

DSC_9766.JPG

Il faut rejoindre la ville d’Obninsk située à 100 km au sud de Moscou, puis entrer dans les entrailles d’un centre commercial pour trouver l’atelier de fromage du Belge Philippe Nyssen et du Français Frédéric Piston d’Eaubonne. En août dernier, ces deux entrepreneurs expatriés en Russie ont mis en vente les premiers fromages de leur marque “Grand laitier”. Ils sont aujourd’hui vendus dans plus de 200 points de vente de la région de Moscou. Un chiffre que les deux amis souhaitent désormais décupler. Pour cela, il leur faudra déménager. La construction d’un atelier est prévue, ralentie par l’abandon d’un fonds d’investissements refroidi par les sanctions européennes.Sans l’embargo russe sur les produits laitiers et la viande européenne, cette aventure n’aurait peut-être jamais vu le jour. Tout a commencé en 2014, au lendemain de l’annexion de la Crimée et du début de la guerre du Donbass. L’Union européenne a alors décidé d’instaurer des sanctions économiques à l’encontre de la Russie. Excédé par cette punition, le pays répondra par la mise en place d’un embargo envers certaines de nos viandes et produits laitiers. “Depuis, la Russie s’est lancé le défi de l’autonomie alimentaire et elle est en train d’y arriver”, assure Frédéric Piston d’Eaubonne. D’après Rosstat, le service fédéral des statistiques russes, entre 2014 et 2016, la production de lait a plutôt eu tendance à baisser en Russie, tout comme le nombre de consommateurs, augmentation des prix oblige. Les producteurs russes sont aujourd’hui concurrencés par l’importation de produits laitiers meilleur marché venus de Biélorussie. L’État a décidé de multiplier les aides pour moderniser les étables et renouveler les bêtes de race, afin d’améliorer la qualité des produits locaux. “La Russie est aujourd’hui capable de faire du lait et donc des fromages de qualité. Dans notre région, la région de Kalouga, il existe des projets de création de fermes familiales accompagnées par l’État, les bons produits laitiers ont de l’avenir ici”, assure Frédéric Piston d’Eaubonne.

Devenir incontournable

Les fromagers l’assurent : ce n’est pas la volonté de faire un pied de nez aux sanctions qui les a poussés à se lancer ce défi,“c’est tout simplement de l’opportunisme, assume Philippe Nyssen. Il y a un marché qui s’est ouvert. Pendant des années, nous entendions que la qualité du lait russe n’était pas assez bonne pour y produire du fromage. Cet embargo est l’occasion d’améliorer cette production, tout est une question d’investissement et d’organisation.” Depuis cet été, l’atelier produit quatre fromages au lait de vache : un Saint­ Marcellin, un crottin, des “boutons” et une crème à base de fromage blanc. Sans expérience dans le domaine, le Belge a dû tester ses recettes françaises deux ans durant pour s’adapter au climat russe, avec l’aide d’un professeur de l’école française de l’industrie laitière et d’un maître fromager. “Il nous a fallu créer toute une chaîne de production, orienter les agriculteurs pour qu’ils changent leur façon de travailler, organiser la collecte du lait, apprendre à réguler l’humidité, moins importante en Russie qu’en France”, explique-t-il. Quatre cents litres de lait sont transformés chaque jour, les entrepreneurs espèrent atteindre les 70000 au plus vite et produire une dizaine de fromages différents. “L’objectif : que l’entreprise devienne incontournable si l’embargo sur nos produits européens venait un jour à disparaître.”

Texte et photo, Paul GOGO