La Libre Belgique. Comment Ramzan Kadyrov a utilisé le Mondial pour servir sa com’

Ramzan Kadyrov avait fait pression auprès du Kremlin et de la Fifa jusqu’au bout. Pas question pour le leader autoritaire de la Tchétchénie d’être écarté de la Coupe du monde. L’indignation

générale des ONG de défense des droits de l’homme n’y a rien fait, Kadyrov s’est vu attribuer la responsabilité d’accueillir l’équipe égyptienne dans sa capitale, Grozny. Le politicien controversé a cependant été épinglé de nombreuses fois pour ses atteintes aux droits fondamentaux et à la liberté de la presse. Il a également été accusé d’avoir emprisonné, torturé et assassiné des dizaines d’homosexuels de Tchétchénie, provoquant un tollé dans le monde entier. Sauf en Russie.

Un roi de la com’

Le jeune leader autoritaire, star des réseaux sociaux et notamment d’Instagram, occupe ses journées à monter des opérations communication autour de sa personne. Pour ce fan de l’équipe égyptienne, recevoir le célèbre attaquant de Liverpool Mohamed Salah dans sa capitale relevait du cadeau

inattendu dont il a su tirer les bénéfices à force de publications sur Internet et dans les médias d’État. S’il y a un sujet qui fait régulièrement débat en Russie, c’est l’importance des fonds nationaux envoyés par le Kremlin en Tchétchénie. Le contrat originel liant Vladimir Poutine à Ramzan Kadyrov consiste à faire en sorte que ces roubles permettent au président tchétchène d’assurer la stabilité de cette région qui fut autrefois une vraie poudrière pour Moscou. Mais, depuis quelque temps, Vladimir Poutine voit en ce coûteux Kadyrov un rôle d’autant plus stratégique. Ses liens et ses affinités avec les leaders du Moyen-Orient pourraient jouer un rôle clé dans la Russie du futur. C’est ainsi que les joueurs égyptiens ont été accueillis comme des rois à Grozny. En plein ramadan, dans une ville où l’alcool se fait rare, de nombreux titres de presse russes ont rapporté les propos des locaux qui,semble-t-il, étaient plus prompts à soutenir l’équipe d’Égypte que l’équipe russe durant ce Mondial pour une question de proximité culturelle. “A travers le football, nous allons montrer que nous nous développons et que, contrairement à ce qu’affirme la presse qui souhaite raviver d’anciennes haines par la désinformation, nous ne revenons pas en arrière”, a affirmé Magomed Matsuev, directeur du stade de Grozny, au “Guardian”.

Mo Salah piégé

C’est donc l’attaquant Salah qui s’est retrouvé au cœur de cette opération communication. Sorti de

son lit par le leader tchétchène alors qu’il soignait une blessure à la jambe, il a dû défiler devant les caméras collé à l’infréquentable Kadyrov. Quelques jours plus tard, il a été fait citoyen d’honneur de Tchétchénie, une nouvelle fois au côté de Kadyrov, et devant toutes les caméras de la région. Un piège selon Mohammed Salah qui s’est retrouvé au cœur d’une polémique. Selon CNN et ESPN, le joueur serait furieux au point de réfléchir à arrêter sa carrière. Il accuse la fédération égyptienne de ne pas l’avoir protégé, de ne pas lui avoir laissé le choix de poser au côté d’un Kadyrov excité comme un enfant. Fin du calvaire pour l’attaquant, l’Egypte a quitté le Mondial lundi soir.

Paul GOGO

Publicités

Russie : 17 militants LGBT arrêtés à Saint-Pétersbourg

Papier diffusé sur Libération.fr

Répondant à l’appel de l’organisation de l’opposant à Vladimir Poutine Mikhail Khodorkovski, les manifestants s’étaient allongés ce lundi sur l’artère principale de la ville avec drapeaux tchétchènes et LGBT et faux sang pour dénoncer la répression du président Ramzam Kadyrov.

 

Au moins 17 militants LGBT ont été arrêtés ce lundi en marge d’un défilé du 1er mai à Saint-Pétersbourg, selon l’organisation russe spécialisée dans le monitoring de manifestations OVD-info. Affublés d’étendards arc-en-ciel et de drapeaux de la Tchétchénie, les militants se sont allongés sur l’artère principale de la ville, Nevsky prospect, couverts de faux sang. Ils s’en sont alors pris au président de la République de Tchétchénie, Ramzam Kadyrov, en s’écriant «Kadirov, à La Haye !», référence au siège du Tribunal pénal international. Plus tard dans la journée, la police a justifié ces arrestations en faisant état d’un «trouble à l’ordre public».

Ces militants répondaient notamment à l’appel de l’organisation Russie ouverte, de l’oligarque opposant à Vladimir Poutine Mikhail Khodorkovski. Elle est la cible des autorités depuis maintenant plusieurs jours. Samedi, ses représentants ont réuni des centaines de manifestants à travers le pays pour appeler Poutine à ne pas se représenter à la prochaine élection présidentielle, en 2018.

Une action avortée à Moscou

Il y a quelques semaines, une enquête du journal d’opposition et d’investigation Novaïa gazeta décrivait le harcèlement et les menaces dont font l’objet les LGBT de Tchétchénie. Une centaine de personnes, LGBT ou soupçonnées de l’être, auraient ainsi été arrêtées par les autorités tchétchènes puis menacées de mort, voire assassinées, le mois dernier. Les autorités du pays ont nié l’existence de ces méthodes, arguant «qu’on ne pouvait pas détenir et persécuter des gens qui n’existent pas dans notre république».

Si ces révélations et la communication provocatrice du gouvernement tchétchène ont fait le tour du monde, elles n’ont eu de résonance en Russie qu’à travers les réseaux sociaux, où les Russes se sont indignés en nombre. Cette action du 1er mai représente une première tentative de dénoncer le sujet publiquement, qui reste sensible en Russie : les autorités chassent quotidiennement les signes de «propagande homosexuelle».

Toujours à l’appel de la fondation Russie ouverte, des militants «végans et LGBT» (selon les termes de l’organisation) ont également tentés de se faire entendre à Moscou ce lundi. Les 19 militants ont été temporairement retenus par la police, accusés d’avoir déployé un drapeau arc-en-ciel dans le centre-ville puis relâchés sans poursuites.

Paul GOGO

[Ouest-France] « En Ukraine, le parlement n’est pas trés gay »

Paru dans Ouest-France le 11/11/2015

Il rechigne à adopter des réformes réclamées par l’Europe, dont la fin des discriminations envers les homosexuels.
Photo Paul Gogo
Photo Paul Gogo

Jeudi dernier, le Parlement ukrainien devait voter un paquet de douze lois exigées par l’Union européenne, en préalable à une libéralisation du régime des visas. Voyager dans l’espace Schengen sans visa, se rapprocher de l’Europe, c’est l’un des rêves de la « génération Maidan », cette jeunesse qui s’est soulevée contre l’ancien pouvoir pro-russe il y a bientôt deux ans.

Mais deux seulement de ces lois ont été adoptées, ce qui déclenche la colère des anciens militants de Maidan. Hier, ils étaient près de quatre cents manifestants réunis devant le Parlement, pour exprimer leur mécontentement.

En apparence, la protection des minorités, qu’une des lois devait inscrire dans le Code du travail, provoque le blocage. Dans un pays où l’homosexualité est taboue, le texte a semble-t-il refroidi les députés …

Lire la suite ici