France Culture. Six policiers arrêtés, accusés de torture en prison

Six policiers ont été arrêtés lundi en Russie. Ils sont accusés d’avoir participé à la torture d’un prisonnier en juin 2017, une affaire révélée la semaine dernière par le journal d’investigation russe Novaia Gazeta qui a mis en ligne une vidéo des faits.

Il s’agit d’un extrait d’une dizaine de minutes montrant un prisonnier de la colonie de correction numéro 1 de Yaroslav, subir des actes de tortures.

Sur cette vidéo mise en ligne par le journal d’investigation indépendant du pouvoir Novaia Gazeta, on peut voir une dizaine de policier s’acharner à coups de matraques sur Evgueni Makarov, le prisonnier.

Lundi, les autorités russes ont arrêté six policiers soupçonnés d’avoir participé à ces actes de violence.

Anastasya Garina du comité indépendant de lutte contre la torture se félicite de la réaction des autorités.

« Il y a eu une réaction de la part des autorités. Et elle a été bonne, adéquate. Mais il faut comprendre que cette situation de violence en prison n’est pas une exception, c’est plutôt la règle en Russie. »

D’après le comité, une centaine de prisonniers se seraient plaints de violences dans cette même prison. Des violences semble-t-il cautionnées par la direction.

 » Les détenus russes font très souvent l’objet de violences de la part des membres de l’administration pénitentiaire. Parfois ces violences viennent de détenus a qui l’administration de la prison commande ces violences. Nous avons aussi d’autres cas dans lesquels les administrations ferment les yeux sur des bagarres entre détenus. »

Devant l’écho inédit de cette vidéo, les enquêteurs ont promis d’arrêter d’autres policiers dans les jours à venir.

Paul GOGO pour France Culture

Publicités

Des journalistes armés pour la Novaïa Gazeta

Reportage pour Ouest-France

Le journal indépendant Novaïa Gazeta a déjà perdu cinq journalistes et un avocat. Il propose à ses salariés de les armer…

Vidéo par Alexandra Dalsbaek pour Ouest-France

 

Le 23 octobre, un homme entre dans les locaux de la radio indépendante Écho de Moscou. Il reconnaît rapidement Tatiana Felguengauer, journaliste vedette de la station. Il la blesse de deux coups de couteau à la gorge. Une agression attisée par la propagande d’État qui accusait depuis des semaines Felguengauer d’être payée par l’étranger pour déstabiliser la Russie.

« Des insultes à la violence »

« Depuis l’annexion de la Crimée, la société est devenue plus agressive envers ceux qui ne partagent pas l’opinion du pouvoir. Cette atmosphère est entretenue par les médias officiels. En deux ans, on est passé des insultes à la violence physique », affirme Sergueï Sokolov, rédacteur en chef adjoint de Novaïa Gazeta. La solution pour la rédaction de ce journal d’investigation indépendant ? Armer ses collaborateurs.

Au cœur de la rédaction du journal, on trouve toujours le bureau, devenu mémorial, d’Anna Politkovskaïa, assassinée en 2006. « Depuis la création de notre journal en 1993, nous avons perdu cinq journalistes et un avocat », rappelle Sergueï Sokolov.

Alors que se profile la présidentielle de mars 2018, les voix discordantes sont invitées à se faire discrètes. Ces derniers jours, menacés, plusieurs journalistes d’opposition ont annoncé quitter le pays.

« Ils partent à l’étranger pour pouvoir faire leur travail correctement, se désole Sergueï Sokolov. Chez nous, s’armera qui le souhaitera. » Les journalistes se voient proposer des formations aux armes à impulsions électriques, aux bombes lacrymogènes et aux pistolets automatiques. « Les autorités ne nous protègent pas. C’est notre seule solution mais nous gardons en tête que nous ne ferons jamais le poids face à un tueur surarmé. »

Paul GOGO

Russie : 17 militants LGBT arrêtés à Saint-Pétersbourg

Papier diffusé sur Libération.fr

Répondant à l’appel de l’organisation de l’opposant à Vladimir Poutine Mikhail Khodorkovski, les manifestants s’étaient allongés ce lundi sur l’artère principale de la ville avec drapeaux tchétchènes et LGBT et faux sang pour dénoncer la répression du président Ramzam Kadyrov.

 

Au moins 17 militants LGBT ont été arrêtés ce lundi en marge d’un défilé du 1er mai à Saint-Pétersbourg, selon l’organisation russe spécialisée dans le monitoring de manifestations OVD-info. Affublés d’étendards arc-en-ciel et de drapeaux de la Tchétchénie, les militants se sont allongés sur l’artère principale de la ville, Nevsky prospect, couverts de faux sang. Ils s’en sont alors pris au président de la République de Tchétchénie, Ramzam Kadyrov, en s’écriant «Kadirov, à La Haye !», référence au siège du Tribunal pénal international. Plus tard dans la journée, la police a justifié ces arrestations en faisant état d’un «trouble à l’ordre public».

Ces militants répondaient notamment à l’appel de l’organisation Russie ouverte, de l’oligarque opposant à Vladimir Poutine Mikhail Khodorkovski. Elle est la cible des autorités depuis maintenant plusieurs jours. Samedi, ses représentants ont réuni des centaines de manifestants à travers le pays pour appeler Poutine à ne pas se représenter à la prochaine élection présidentielle, en 2018.

Une action avortée à Moscou

Il y a quelques semaines, une enquête du journal d’opposition et d’investigation Novaïa gazeta décrivait le harcèlement et les menaces dont font l’objet les LGBT de Tchétchénie. Une centaine de personnes, LGBT ou soupçonnées de l’être, auraient ainsi été arrêtées par les autorités tchétchènes puis menacées de mort, voire assassinées, le mois dernier. Les autorités du pays ont nié l’existence de ces méthodes, arguant «qu’on ne pouvait pas détenir et persécuter des gens qui n’existent pas dans notre république».

Si ces révélations et la communication provocatrice du gouvernement tchétchène ont fait le tour du monde, elles n’ont eu de résonance en Russie qu’à travers les réseaux sociaux, où les Russes se sont indignés en nombre. Cette action du 1er mai représente une première tentative de dénoncer le sujet publiquement, qui reste sensible en Russie : les autorités chassent quotidiennement les signes de «propagande homosexuelle».

Toujours à l’appel de la fondation Russie ouverte, des militants «végans et LGBT» (selon les termes de l’organisation) ont également tentés de se faire entendre à Moscou ce lundi. Les 19 militants ont été temporairement retenus par la police, accusés d’avoir déployé un drapeau arc-en-ciel dans le centre-ville puis relâchés sans poursuites.

Paul GOGO